7- Autres initiatives

Les animateurs lotois se retrouvent autour du thème : EPN et les enjeux du développement durable

7 ème rencontre des animateurs multimédia à Gramat
Fin décembre plus de 70 animateurs multimédia, bénévoles et professionnels ont réfléchit sur la place des EPM face aux enjeux du développement durable. Autour de plénière et d’ateliers thématiques, les animateurs se sont retrouvés, ont échangé, ont découvert de nouvelles pratiques qui ouvrent des perspectives innovantes pour l’avenir des EPM.

Les territoires ruraux sont au cœur de cette innovation et l’obligation d’être créatif et de promouvoir la synergie entre acteurs conduit à des actions structurantes pour les territoires.

Cette rencontre départementale a pris pour appui le rapport publié au printemps dernier "Aménagement numérique et développement durable des territoires". ACIDD et la DIACT ont audité des acteurs du numérique et ont établi 37 propositions d’actions qui ont été présentées au ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire. Parmi ces propositions plusieurs concernent les lieux d’accès public à Internet.

Elles visent à « mobiliser les espaces publics numériques sur les enjeux du développement durable : inclusion numérique, accès aux services publics, télétravail, travail collaboratif pour « faciliter l’accès de tous aux services apportés par le numérique ».

Les propositions portent sur la mutualisation des équipements et dispositifs d’accompagnement aux services publics en ligne, la préparation des EPN à l’évolution des usages du numérique et au vieillissement de la population, l’éducation au développement durable, la formation aux outils collaboratifs...

Après un accueil chaleureux par M. Theil maire de Gramat et M. Amigues Vice Président du Conseil général en charge des TIC, la 7ème rencontre des animateurs multimédia du Lot a démarré.

La journée s’est déroulée en 3 temps , la remise des C2I à 13 animateurs multimédia. En collaboration avec l’Université de Limoges. le C2I a été préparé à distance lors de sessions "blanches" et en présentiel lors de 3 sessions organisées sur différents points du département.

Gérard Amigues Vice Président du Conseil général en charge des usages liés aux TIC à remis aux animateurs présents leur diplôme.

La validation de ce certificat est un des engagements pris par les collectivités partenaires du Ticket déclic (14 en 2010).

Après une introduction générale de la thématique , la matinée s’est poursuivie avec une présentation du Ticket déclic
http://epm.lot.fr/spip.php?rubrique11 par Anne Claire Dubreuil . Nicolas Toulouzan de la Cyber-base de Catus a éclairé ce dispositif à partir de sa pratique en tant qu’animateur.

Le dispositif esp@p (espace service public à proximité) , en phase finale d’expérimentation a été présenté dans son contexte, son montage et ses dispositifs de communication par Anne Claire Dubreuil : http://epm.lot.fr/spip.php?rubrique10

Sandrine Bourgnou de la CRAM et Guillaume Bertucchi de la Cyber-base de Gourdon ont fait part de l’intérêt de la synergie de ce dispositif mais aussi des risques si celui-ci venait à avoir une forte montée en charge.

Puis la question du télétravail et de son apport pour la dynamique d’un territoire et son positionnement par rapport à un espace multimédia a été abordé.

Pascal Rassat de CITICA et expert dans le domaine a présenté l’état de l’art et des retours d’expériences, mais il a également posé la question du Lot et des enjeux qui se posaient dans ce domaine pour notre département

Enfin Bruno Garcia de la Cyber-base de Dammartin en Goëlle (Seine et Marne) est venu apporter son témoignage sur le montage d’une opération de sensibilisation des acteurs locaux au télétravail.

Après un repas où les échanges se sont poursuivis 3 ateliers en parallèle se sont déroulés.

L’avenir du réseau s’est posé à travers une intervention originale de l’association Arc en Ciel théâtre forum. Des pistes nouvelles d’actions sont remontées notamment à travers des projets de formations à la gestion de conflit.

Le deuxième atelier permettait de se perfectionner sur l’extranet des animateurs et enfin le 3ème atelier explorait une manière originale d’envisager le télétravail et ses liens avec les espaces multimédia, Fred Soussin expert du web 2.0 en France animait les échanges.

Enfin la journée s’est conclu sur des échanges autour des souhaits d’amélioration de l’offre du réseau. Les animateurs aiment : l’extranet, les formations, les encouragements et la reconnaissance les rencontres départementales et les échanges. Ils n’aiment pas que les rencontres soient trop épisodiques, trop courtes, les formations trop centralisées. Ils aimeraient débattre sur leur statut, qu’on entende mieux les petites structures, mieux coopérer avec les structures qui disposent d’animateurs professionnels.

Mme CURTET élue à la culture de la ville de Gramat a conclu la journée en insistant sur l’indispensable reconnaissance des animateurs qui font un travail très important pour l’appropriation de tous des TIC.

http://epm.lot.fr/







Posté le 2 février 2010
Consulter cet article seul

Qui sont les non-internautes aquitains ou l’impact de la crise sur les comportements

Dans un contexte de crise économique et malgré la généralisation et la démocratisation de l’accès à l’internet rapide, la problématique de la fracture numérique reste essentielle. Si celle-ci s’incarne principalement dans l’absence d’équipement de base au domicile, la question des usages, et plus particulièrement de ceux des outils offerts par Internet, est primordiale pour comprendre ce phénomène. L’Aquitaine (AEC) a fait un portrait des non-internautes qui marque la place indéfectible des espaces publics multimédia dans la lutte contre la fracture numérique.

Les non-internautes, qui représentent encore un tiers de la population aquitaine, soit plus d’un million d’individus, ne constituent cependant pas une population homogène.

En effet, la présente étude, à partir d’une analyse poussée des données, permet d’identifier les principaux profils des non-internautes aquitains. Sept profils se dégagent avec, cette année, une explosion des situations d’abandons d’utilisation d’Internet, principalement dus à la détérioration de leur situation économique et financière.

La mise en évidence de ces sept profils permet également de proposer un ensemble de pistes d’action propres à chaque type de non internaute.

A noter une expérimentation à suivre dans 5 EPN : A l’instar de l’écrivain public, un internaute public, qui « fait à la place de », pourrait être présent dans les Points d’Accès Public à Internet, permettant une premièredécouverte d’internet aux non internautes. Une expérimentation sera menée dans l’année à venir, en partenariat avec le Conseil général de la Gironde, avec le concours de 5 points d’accès publics, afin d’évaluer l’impact de ce service.

Posté le 22 décembre 2009
Consulter cet article seul

Orientation et visiocentres Une nouvelle proximité à Montluçon

Un article repris du blog de Christain Bessi mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France.

En avril 2006, je vous annonçais la mise en place de Points Visio Public sur la Région Auvergne à l’initiative du Conseil régional. Le Centre d’information et d’orientation de Montluçon participe à cette expérience de service public à distance. Son directeur, Jean-Philippe Caldeyroux, a accepté de répondre à mes questions.

Christian Bensi : Comment le CIO a-t-il été amené à participer à cette action ?

Jean-Philippe Caldeyroux : Les structures d’accueil ont reçu voilà deux ans un courrier du Conseil régional. J’ai trouvé la proposition intéressante. Il faut vous dire qu’une grande partie du secteur que nous couvrons est rural. Cela implique d’importants déplacements pour nos conseillers et nous n’allons dans les établissements éloignés qu’une fois tous les quinze jours, ce qui est peu. Sur le département, il y a une dizaine de bornes et plus précisément trois sur le bassin de Montluçon. Nous avons décidé de participer à cette opération et le fait que nous soyons le seul CIO sur ce dispositif nous a amené à couvrir tout le département et quelques communes extérieures à ce dernier.

CB : Pouvez-vous nous décrire le fonctionnement du Point Visio public ? En dehors de la caméra et de la gestion du son, les Points Visio Public comportent-ils d’autres fonctionnalités ?

JPC : Les personnes intéressées prennent rendez-vous auprès de la structure support qui héberge la borne utilisateur. Les bornes utilisateurs n’ont pas de clavier ni de souris mais un scanner et une imprimante. Les jeunes peuvent ainsi soumettre un document et peuvent imprimer ceux que nous leur communiquons. On peut lancer un logiciel spécifique à partir de ce dispositif ou surfer ensemble sur le web. Pour faciliter l’accès à la documentation, nous avons été amenés à créer un site Internet. Les jeunes cherchent d’abord de l’information.

CB : Quel bilan tirez-vous de cette expérience ?

JPC : Il est encore un peu tôt pour parler d’un bilan. Le dispositif a été inauguré en décembre 2008. Il est encore peu connu. D’après une enquête récente, seuls 5% de la population connaissent précisément ce dispositif. Par contre, le Pôle Emploi convoque directement les demandeurs d’emploi pour qu’ils se rendent sur les lieux où sont implantées les bornes. Il est très intéressant de constater à quel point les Points Visio sont complémentaires de l’accueil physique. Dans certains lieux, Pôle Emploi a été amené à réimplanter des permanences dans les lieux où il y a des Points Visio. Pour nous, les résultats sont modestes (6 ou 7 entretiens) mais il est clair que ces personnes ne nous auraient pas rencontrées autrement.

CB : Une partie du coût de ce dispositif reste à la charge du CIO. Quelle solution avez-vous trouvée pour assurer ce financement ?

JPC : Avant mon arrivée, le CIO avait créé une association, l’ABC : Association Bourbonnaise de Communication. Les financements du CIO viennent du Département. L’association permet de bénéficier d’autres financements. Nous avons pu ainsi financer les 3 000 euros nécessaires au départ pour le financement de la borne « expert » dans nos locaux et au coût annuel (environ 1200 euros) pour le contrat de maintenance et la ligne spécialisée. Une convention a été signée entre la Région, le recteur et l’association.

CB : Le coût de cette opération n’est pas négligeable. Seriez-vous favorable à un système d’accueil par webcam, forcément moins cher ?

JPC : J’y serais favorable. Ce qui me semble essentiel, c’est ce contact visuel très proche de la relation en présentiel et qui permet la présence des services publics en milieu rural. Mais le Point Visio a un avantage par rapport à la webcam d’un ordinateur : il ne demande aucune connaissance technique à l’utilisateur. C’est un point que nous ne pouvons pas négliger.

Renseignement complémentaires : CIO de Montluçon : 04 70 05 55 11 ou par mail

Si vous souhaitez plus de précisions techniques, la vidéo est à votre disposition sur le sous l’article

Posté le 6 juin 2009
Consulter cet article seul

Un groupe Linux et logiciels libres à la m@ison de Grigny (69)

Le 2 février prochain se réuniront pour la première fois les adhérents et amis de la m@ison qui ont souhaité donner une suite à leur participation aux premiers modules de découverte de Linux et àl’Install party du 15 décembre dernier organisée avec l’ALDIL.

La mise en place de ce groupe s’inscrit dans une démarche globale visant à promouvoir et utiliser les logiciels libres.

JPEG - 18.1 ko
Install party Linux à la m@ison.

Utilisation des logiciels libres comme support et/ou thématique des projets :

Dès lors que toutes les conditions sont réunies pour ne pas risquer de mettre en échec les publics visés par nos actions, l’équipe d’animation use des logiciels libres et les privilégie . Cette volonté de promouvoir auprès de nos adhérents se fait en laissant la liberté à chacun d’utiliser les logiciels qu’il souhaite. Ainsi dans les différents modules, les animateurs professionnels et bénévoles utilisent les bonnes terminologies : traitement de texte, tableurs, présentation, navigation ou encore messagerie.
Sont également organisées régulièrement des soirées thématiques permettant de découvrir les différentes possibilités offertes par les logiciels libres, mais également de prendre contact avec ceux qui au quotidien s’activent à donner corps à cette liberté : Framasoft, Dogmazic,...
Cette pédagogie est la même dans le cadre de nos différents partenariats, que ce soit sur le territoire de Grigny qu’avec l’ensemble des partenaires avec qui nous nous engageons.

La mise en place d’un pôle ressource des usages des logiciels libres.

Pour ce faire, la m@ison s’est engagée dans la construction d’un pôle ressource des usages du libre, afin d’aider à l’usage des logiciels libres par :

  • la mise en place d’une veille permanente sur les logiciels.
  • le test de leur évolution et des nouveautés afin de déterminer à quels usages les destiner dans le cadre du développement social.
  • la mise à disposition de la veille et l’offre de conseil en direction de tous les acteurs sociaux s’engageant dans des projets d’accès pour tous aux T.I.C.

Engager des partenariats avec les associations, organismes et entreprises développant des logiciels libres et faisant leur promotion :

Une telle synergie est de nature à contribuer à une mutualisation des savoir-faire qui doit permettre l’usage par tous des logiciels libres. Ainsi la m@ison a développé les partenariats avec l’ALDIL . Elle participe chaque année aux Journées du Logiciel Libre.
Ce partenariat s’opère également dans le rapprochement de notre mission de service public et des entreprises et de travailleurs indépendants qui s’appuient sur le logiciel libre pour développer leur activité. C’est dans ce cadre que récemment vient d’être mise en ligne le Logiciel d’Évaluation des Projets Sociaux, et qu’une plate forme de participation citoyenne verra prochainement le jour.

La création du groupe Linux est un des points d’orgue de cette partition qu’a décidé de jouer la m@ison. Partition écrite à mille mains, celles des communautés qui développent, celles des associations qui participent à la promotion et à la défense des logiciels libres, celle des espaces publics numériques.

Lien : la m@ison et les logiciels libres.

Posté le 14 avril 2009
Consulter cet article seul

Portail éducatif 2.0, retour d’expérience sur “Google Apps Education”

L’Externat Saint Honoré d’Eylau a déployé un portail éducatif 2.0 basé sur les outils "Google Apps Education". Le collège devient l’un des premiers établissements français du secondaire à tester de nouvelles pratiques pédagogiques en utilisant la palette des outils Google.

Les choix associés au portail éducatif 2.0 :
1. Une architecture serveur distante
La gestion des serveurs et de leur sécurité est confiée à l’expertise des ingénieurs de Google.
Le collège reste ainsi concentré sur son coeur de métier : la gestion des contenus, des supports d’accès aux contenus, et la définition des modalités d’intégration de nouveaux outils et de nouveaux contenus dans l’acte pédagogique. Et, surtout, le collège libère du temps pour expérimenter de nouveaux services, pour stimuler les usages et la création et pour former les équipes pédagogiques et les élèves.

portail educatif 2.0

2. Une solution multi-plateforme
Le portail éducatif 2.0 est accessible depuis n’importe quel terminal relié à Internet (ordinateur, téléphone mobile, console de jeu de salon (Wii, PS3) ou console de jeu portable (psp, ipod touch)). Le portail éducatif 2.0 est indépendant des systèmes d’exploitations. Il est utilisable depuis Windows (2000, XP, Vista), Mac OS (9x, 10x). Les élèves utilisent les différentes machines du Collège pour y accéder.

3. Des outils professionnels, simples, collaboratifs et gratuits
L’interface d’administration de "Google Apps" a permis de remettre à chacun des 350 collégiens :
- une boîte aux lettres email ("Gmail"),
- un espace de stockage de document en ligne ("Google Documents"),
- une suite bureautique gratuite (traitement de texte, tableur, présentation, pdf),
- un agenda électronique (Google agenda),
- et des outils de messagerie instantanée (Google Chat Vidéo et Google Talk).

Services Google Apps Education

L’interface permet également de déployer ces outils sur une page d’accueil type (utilisant igoogle) et d’implémenter des services complémentaires :
-> des contenus administratifs :
- un flux d’informations sur la vie scolaire,
- le flux d’informations de l’agenda scolaire,

-> des contenus pédagogiques :
- une sélection de ressources en ligne (informations juridiques, cours en accès libre...),
- un accès aux verbes conjugués,
- des encyclopédies : Wikipédia, Knol,
- des outils de traduction,

-> des outils mobilisables dans le cadre des cours ou utilisables en loisirs par les élèves :
- des moteurs de recherches d’informations web, images, blogs,
- des outils de géolocalisation : Google Earth, google maps, google street view,
- des albums photos : flickr, picasa,
- des accès à des vidéothèques : youtube, google vidéo,
- ...

Le portail éducatif 2.0 du collège de Saint Honoré d’Eylau est un accès à une pluralité de services (administratifs, pédagogiques et ludiques) et une plateforme d’outils mobilisables dans l’acte pédagogique. Chacun des contenus est ainsi utilisable dans les classes équipées de tableaux blancs interactifs.

4. Un portail personnalisable par les élèves
La communauté éducative partage l’idée que l’appropriation par les élèves de la plateforme éducative 2.0 sera entière lorsque chacun d’entre eux l’intégrera dans son quotidien numérique et/ou l’utilisera dans son quotidien relationnel.

Et précisément, pour faciliter son appropriation, le portail, basé sur Igoogle, permet à chaque élève de personnaliser sa propre page d’accueil. Chacun peut déposer sur son portail des modules et des widgets récupérés dans un large catalogue élaboré par Google.

La personnalisation des pages d’accueil a remporté un très vif succès auprès des élèves. Dès les premières heures d’utilisation, chacun s’est empressé de faire évoluer le design de son espace en y intégrant des widgets liés à ses centres d’intérêts ou associés à sa curiosité du moment. Les modules les plus déployés dans les premiers jours ont été ceux de Facebook, de Msn ou de Youtube..., correspondant à l’incorporation de raccourcis vers leurs outils numériques coutumiers. Des modules plus ludiques vers les webcams des grandes villes ou vers les jeux comme le sudoku sont également très largement déployés sur les pages d’accueil des élèves.

Catalogue de widgets Google Apps Education

Les pratiques pédagogiques associées au portail éducatif 2.0 :

Le collège Saint Honoré d’Eylau déploie de nouveaux usages pédagogiques. Il lui est désormais possible :
- de mettre en partage des documents de travail avec un ou plusieurs élèves,
- de permettre aux élèves de collaborer et de co-produire des contenus,
- d’intégrer des contenus audiovisuels dans les cours,
- de déployer l’utilisation des discussions en ligne ("chats" et "chats vidéos"),
- d’archiver les contenus de cours et de co-construire une mémoire numérique collective,
- ...

Premières utilisations :
- les élèves de 4ième et de 3ième pourront utiliser la suite bureautique en ligne pour rédiger depuis les entreprises leur rapport de stage. Ils pourront partager ce travail avec un ou plusieurs collaborateurs afin d’améliorer la structuration de leur rapport et afin de corriger l’expression écrite et l’orthographe,
- les traducteurs automatiques pourront être utilisés en cours de langue afin d’en mesurer leurs limites,
- les outils de discussion ("chat" et "chat vidéo") pourront également être testés pour entrer en contact avec les correspondants étrangers dans le cadre de la préparation des prochains voyages scolaires,
- enfin le déploiement des espaces numériques de travail devrait faciliter le partage de documents entre les élèves, et entre les enseignants et les élèves.

Essaimages et développements :
En déployant le portail éducatif 2.0, le collège de Saint Honoré d’Eylau espère également éveiller la curiosité des parents à l’utilisation des outils du web 2.0. La compilation des expériences de chacun (des élèves, des parents, des membres de l’équipe pédagogique) nourrira les réflexions sur le déploiement des espaces numériques de travail et l’aménagement futurs des salles de cours du nouvel établissement.

A la suite du déploiement de ce premier projet, d’autres expérimentations suivront dans les mois à venir.

Sites :
Le portail numérique 2.0 de l’Externet Saint Honoré d’Eylau : http://partnerpage.google.com/saintho.fr
Le site web de l’Externat Saint Honoré d’Eylau : http://www.saintho.fr

Dossier extrait de l’article : http://www.webevangelists.net/2008/11/26/portail-educatif-20-retour-dexperience-sur-google-apps-education/

Posté le 1er décembre 2008
Consulter cet article seul