3 - Logiciels libres

L’équipe de rédaction coordonnée par Marie-Lise Gauthier a achevé le travail d’édition du guide papier qui est maintenant en cours de diffusion par les collectivités et réseaux impliqués dans l’accès public.

En raison de contraintes de places, d’écriture papier, nous n’avons pu citer nombre d’expériences, de ressources existantes. Aussi, la coopération et les outils de co-publication sont un moyen de prolonger ce guide.

Nous proposons donc à tous nos lecteurs de devenir ausi des rédacteurs en annotant en pied de page les articles publiés par des remarques, des ajout de références, de liens, d’expériences...
Vous pouvez aussi devenir rédacteur et proposer des articles pour compléter ce guide.

Ainsi l’édition web pourra prolonger l’édition papier en l’enrichissant !

Sommaire

Guide CRéATIF N°3 : Comprendre, utiliser et promouvoir les logiciels libres dans les espaces publics

Ce troisième guide, destiné aux animateurs et responsables de lieux d’accès publics au multimédia et à internet ainsi qu’aux élus des collectivités territoriales et leurs services, répond aux principales questions autour du logiciel libre : enjeux et problématiques, les logiciels utiles, la mise en œuvre de ces outils dans l’espace, les aides pédagogiques sur l’utilisation de ces logiciels et l’initiation des usagers de l’espace.

Il est disponible sous les termes de la licence Creative Commons-By-Sa.(http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/)

Cet ouvrage, reposant sur des fiches d’expérience, est le fruit du travail collaboratif d’une trentaine de personnes associant des animateurs des lieux d’accès public, des dispositifs de soutien territoriaux et des personnes ressources.

Il a été réalisé sous la conduite de Marie-Lise Gauthier.

Comme pour les précédents, ce guide de 48 pages, est diffusé gratuitement par les collectivités ou les réseaux associatifs qui peuvent l’acquérir au prix unitaire de 5€ (4€ pour les membres de CRéATIF) pour des commandes groupées d’une quantité minimum de 50 exemplaires.

Bon de commande

Une version en ligne est disponible ici-même, avec des articles en "bonus" et compléments.

La version téléchargeable est disponible a (format PDF- 48p. 3Mo)

Plan du guide

* Introduction

- "Le libre", c’est quoi ? - Des espaces témoignent

* Enjeux et problématiques

- Pourquoi le libre dans l’espace ? - Utiliser et faire découvrir les logiciels libres - Libre et formats ouverts - Freins et argumentaires

* Où trouver des outils libres ?

- Pour ne citer que quelques outils.... - Libre gestion de l’espace - Toute licence en art

* Au delà des outils... des usages et ressources

- Témoignages - Logiciels libres dans l’Education - Ressources libres

* S’exprimer... librement

- Blogs et vidéoblogs - Wikis

* Pour aller plus loin

- Et demain ? Web 2.0 - Se repérer dans le monde du libre

Posté le 1er juillet 2006
Consulter cet article seul
Introduction

1- Le libre est une démarche basée sur ...

1. Le partage et l’accès à la connaissance.

2. La liberté d’utilisation pour quelque usage que ce soit.

3. La liberté de copie qui évite les copies illégales et permet de réduire les coûts de licence.

4. La liberté de diffusion.

5. La liberté de modification.

6. La disponibilité du code source qui assure indépendance et pérennité.

7. L’existence d’une communauté importante de programmeurs, graphistes,traducteurs, utilisateurs... qui travaillent sur des milliers de projets.

8. Le suivi et les améliorations qui permettent une montée en qualité des logiciels ou des oeuvres produites.

9. La garantie de compatibilité et d’interopérabilité.

10. Le respect du droit des auteurs.

Posté le 22 juin 2006
Consulter cet article seul
Introduction

2- Le "Libre", c’est quoi ?

Nous pouvons tous avoir la recette !

Le libre peut être considéré comme un retour
naturel au partage du savoir qui se situe dans
la tradition du travail scientifique. Aux débuts de
l’informatique, les logiciels étaient diffusés avec
leur code source, ce qui a permis aux chercheurs
de faire évoluer les programmes en fonction de
leurs besoins.

L’arrivée massive sur le marché des ordinateurs
personnels, dans les années 80, a changé la
donne. De nouvelles entreprises, dont la seule
activité résidait dans la conception et la vente
de logiciels, ont mis sur le marché des logiciels
vendus sans leur code source. Ces logiciels dits
« propriétaires » équipent aujourd’hui la plupart
des ordinateurs personnels. Dans ce contexte, si
l’on devait faire une analogie, on pourrait dire
que le logiciel propriétaire équivaut à un plat dont on ne peut avoir la recette, que l’on ne peut
améliorer et pis encore que l’on ne peut partager avec ses amis !

C’est ainsi qu’avec Richard Stallman aux Etats-Unis, naît le projet de création d’un système
informatique complet et libre appelé GNU avec comme corollaire la création de la Fondation
pour le logiciel libre (Free Software Fondation - FSF en anglais) qui défi nira le concept de logiciel
libre et ses conditions d’utilisation dans un document appelé « licence publique générale » (GPL
en anglais).

Les 4 libertés essentielles garanties par les licences de logiciels libres voient le jour : utilisation, étude, redistribution et amélioration ... et pour garantir étude et amélioration, il faut
avoir accès au code source.

Ne pas confondre... logiciels libres, freeware ou graticiels, domaine public

Une oeuvre ou un logiciel dans le domaine public est « libre de droits ».

Un logiciel libre reste soumis au droit d’auteur et une licence précise ses conditions d’utilisation (GPL pour General Public Licence par ex.).

Les freewares sont des logiciels propriétaires gratuits .

Un logiciel libre n’est pas « forcément » gratuit car il peut-être commercialisé (dans le respect des termes de la licence).

Pour s’y retrouver ? Se référer à la licence de distribution du logiciel (cf. les listes des licences libres ou non sur le site http://www.gnu.org/licenses/licenses.fr.html)

Lien hypertexte: Livret du Libre
Posté le 21 juin 2006
Consulter cet article seul
Introduction > Des espaces témoignent

3- Utilisation des logiciels libres dans un espace des quartiers nord de Marseille

Martine Malhomme, Coordinatrice d’Arborescence

Le contexte

Arborescence est née de la rencontre d’informaticiens, de travailleurs sociaux et de graphistes. Dès l’origine il a été décidé qu’Arborescence utiliserait au maximum les logiciels libres et Linux dans ses activités, quelles soient administratives, créatives ou d’animation. Ce choix s’est fait en priorité par l’adhésion de tous à la philosophie des logiciels libres et des enjeux y afférents, par le défi des informaticiens d’utiliser des PC obsolètes donnés par l’administration, enfi n pour des raisons économiques. Arborescence, installée dans les quartiers Nord de Marseille est labellisée E.R.I.C de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Espace Régional Internet Citoyen) et a bénéficié de subventions pour s’équiper d’un parc informatique composé d’une dizaine d’ordinateurs en
double amorçage Windows et Linux.

Les usages

Nous nous sommes adressés aux particuliers pour l’utilisation des logiciels libres et aux associations pour Linux à travers des « install party ». Pour ceux qui possèdent un PC, nous distribuons le cédérom « Bureau libre Free-EOS » obtenu par l’intermédiaire de l’Espace Culture Multimédia « La Belle de Mai ». Les logiciels de bases sont facilement utilisés après avoir été testés par les utilisateurs qu’ils soient débutants ou avancés, ils sont une alternative efficace aux logiciels propriétaires, et ce, quelque soit le public.

Oser le « tout libre » !

La principale difficulté a finalement été notre propre réticence à ne proposer aux utilisateurs que des logiciels libres par peur de les « marginaliser » par rapport à leurs besoins. En effet, les premières versions des logiciels libres moins complètes et moins conviviales, ce qui n’est plus le cas maintenant, « fâchaient » notre public. Il reste encore difficile de proposer Linux à des associations ou des très petites entreprises qui ont peu de temps à consacrer à l’apprentissage... l’âge y est aussi pour quelque chose, car les plus jeunes, ayant moins de références, sont plus ouverts à l’adoption d’un système d’exploitation qui offre la même convivialité que les systèmes propriétaires existants.

En revanche il ne faut pas avoir peur d’imposer les logiciels libres de bases, OpenOffice, Firefox, Thunderbird. Les utilisateurs les adoptent rapidement surtout si on leur donne le cédérom « Bureau libre » ! Des logiciels de graphisme ou de son comme Gimp ou Audacity sont un peu plus délicats à proposer car ils sont complexes pour le grand public qui leur préfère des gratuits. Il est nécessaire de bien connaître son public pour faire des propositions de logiciels adéquates. Ensuite il ne faut plus laisser le choix entre les libres et les propriétaires. Enfin il est important de donner les arguments du bien fondé de l’emploi de ce type de logiciels pour son espace.

Posté le 21 juin 2006
Consulter cet article seul
Introduction > Des espaces témoignent

4- Point Libre à Limoges

Céline Boyer, Animatrice de Point Libre

Point-libre est un espace public qui ne dispose que de
logiciels libres. Le but est avant tout de sensibiliser les gens aux nouvelles technologies mais aussi aux logiciels libres. Le fait d’avoir un parc informatique équipé uniquement de logiciels libres nous a d’abord permis d’avoir une grande diversité de logiciels à moindre coût.

D’autre part, l’administration et la maintenance du parc ont été facilitées grâce à la fiabilité du système Linux, qui même avec mauvaises manipulations de la part des usagers n’a jamais eu de gros problèmes techniques. De plus, on aurait pu croire que les usagers seraient déconcertés par l’utilisation de ces logiciels et bien il n’en est rien ! Les usagers utilisent indifféremment les
logiciels propriétaires chez eux et les logiciels libres lorsqu’ils sont dans l’espace, les documents n’ayant pas à pâtir des transferts entre eux. On voit bien que c’est avant tout l’usage qui prime et finalement les usagers s’adaptent ...

Utiliser des logiciels libres dans un espace public numérique peut être très avantageux car la communauté des personnes utilisant les logiciels libres est très réactive, on peut trouver de l’aide sur internet ( lorsqu’il y a un bogue sur un logiciel, pour aider à installer ...). D’autre part de nombreux GULs (Groupe d’Utilisateurs Linux) existent un peu partout en France et il peut être intéressant de leur demander de l’aide de temps en temps ou d’animer des conférences dans le cadre d’un partenariat avec eux.

Les actions menées pour sensibiliser les usagers aux logiciels libres :

- des ateliers d’initiation au traitement de texte en utilisant une suite bureautique libre comme OpenOffice, à internet avec un navigateur comme Firefox et un client de messagerie comme Thunderbird,
- des initiations au système d’exploitation Linux,
- des « install party » : ceux qui savent déjà, les « anciens », aident les « nouveaux » à installer un système d’exploitation libre. On ne fait pas à leur place, mais on les accompagne pendant l’installation en répondant à leurs questions,
- des « config party » qui consistent à faire la confi guration avancée de machines,
- des conférences à thème autour du logiciel libre.

Posté le 21 juin 2006
Consulter cet article seul