3b - Logiciels libres (Bonus)

Sont regroupés ici :
- des articles relatifs aux logiciels libres publiés avant la réalisation du guide n°3,
- des articles qui n’ont pu être publiés faute de place,
- des articles qui nous sont parvenus après la parution.

Guide "Install party"

Réalisé par l’APRIL pour le Réseau Cyberbase (version 0.2 - 22/02/2005)
Ce document décrit la préparation et le fonctionnement d’une « Install Party » (IP), notamment dans le cadre d’un EPN. Une « Install Party » est une manifestation où le public est invité à se faire aider à installer un système ou des logiciels libres sur son ordinateur.

Ce document décrit la préparation et le fonctionnement d’une « Install Party ».
L’un des freins principaux à l’adoption du logiciel libre vient de l’installation par défaut de systèmes d’exploitation propriétaires sur les ordinateurs vendus dans le commerce. L’usager souhaitant découvrir le logiciel libre se trouve alors confronté à une situation délicate : il a un ordinateur avec par exemple Microsoft Windows pré-installé, et il ne sait pas s’il est seulement possible d’installer GNU/Linux en plus de Windows.

Et même s’il arrive à installer le système il n’est pas sûr de pouvoir le prendre en main correctement. Pour remédier à ce problème il est possible d’organiser une « Install Party ».

Le principe d’une « install party » est que ceux qui savent déjà, les « anciens », aident les nouveaux à installer un système d’exploitation libre. L’idée n’est pas d’installer à leur place, mais de les accompagner pendant l’installation en répondant à leurs questions. L’usager vient avec son unité centrale (et éventuellement le reste du matériel) et une personne l’aide à installer un système d’exploitation libre.

Après ou pendant l’IP, il peut-être utile de proposer deux ou trois courtes conférences ou ateliers autour du logiciel libre, la première d’entre elles pouvant consister à accompagner leurs premiers pas sur leur tout nouveau système.

L’animateur de l’EPN a tout intérêt à prendre contrat avec le groupe d’utilisateurs local de logiciels libres (GULL). Ses adhérents pourront en effet aider lors de l’install party : ils seront les « anciens ».

Un partenariat régulier peut être mis en place ensuite pour que le groupe d’utilisateurs intervienne comme expert auprès des usagers, en échange par exemple de l’utilisation de l’espace numérique une fois par semaine.

Ce document reprend en grande partie des éléments déjà écrits par les associations du logiciel libre suivantes :
LOLICA (Logiciels libres en Champagne-Ardennes) : http://www.lolica.org
PARINUX (GULL parisien) : http://www.parinux.org
GULL de Strasbourg : http://tux.u-strasbg.fr/linux-party/

Guide complet dans le document à télécharger ci-dessous.


Guide Install Party
Tout pour organiser une install party !
Posté le 10 décembre 2006
Consulter cet article seul

Dessin vectoriel : le format SVG

Bonjour,

Le site Générationcyb.net sollicite APITUX pour la rédaction d’articles consacrés aux enjeux du logiciel libre, aux standards ouverts et à l’interopérabilité :

- Dessin vectoriel : le format SVG
- Bureautique : le format Opendocument

A l’occasion de la publication de son article "Dessin vectoriel : le format SVG" plus que jamais d’actualité avec la sortie il y a 2 jours de Mozilla Firefox 2.0, APITUX lance Apitux.net, un laboratoire consacré aux technologies libres et aux standards ouverts.

Le premier article de la série "Des formats ouverts pour des données libres" consacré au format OpenDocument pour la bureautique est toujours en ligne. Il sera repris prochainement sur Apitux.org.

Comme tous les supports de formation d’APITUX, ces articles sont publiés sous licence Créative Common BY-SA. Vous pouvez donc l’utiliser librement. Dans ce cas, je serai sensible à un petit message décrivant l’usage que vous en faites.

Cordialement.

JCB

Posté le 26 octobre 2006
Consulter cet article seul
Enjeux et problématiques

Pourquoi le libre ? Paroles d’élu

Monsieur José Brito, Adjoint au maire de Saint-Germain-sur-Morin (77)

- Pourquoi avez-vous fait le choix du libre dans votre collectivité ?

Nous avons découvert les logiciels libres à la suite de la publication du rapport de Thierry Carcenac, « Pour une administration électronique citoyenne » en 2001.

Début 2002 nous cherchions une solution nous permettant d’équiper l’école élémentaire pour le B2I (brevet informatique et internet) qui devenait obligatoire à partir de la rentrée 2002. Nous avons exploré différentes hypothèses mais toutes étaient hors de portée financière d’une commune de notre taille pour répondre aux besoins exprimés par les enseignants et les parents d’élèves : un équipement en réseau avec des ordinateurs en fond de classe et une salle informatique de dix postes.

C’est grâce à Internet que nous avons pris contact avec le monde du logiciel libre début 2002.

Nous avons à l’époque téléchargé puis installé une initiative associative, conçue en particulier par Jean Peyratout, directeur d’école à Pessac et Eric Seigne alors étudiant en informatique au sein de l’association bordelaise des utilisateurs de linux, AbulEdu.

Les parents d’élèves et les enseignants ont été associés aux tests puis au déploiement de cette solution. C’est ensemble que nous l’avons adoptée.

Nous avons découvert à cette occasion une des fonctions essentielles des logiciels libres : la coopération. L’avantage majeur de ce choix a été l’effort collectif d’appropriation qui a finalement abouti à la création d’une association et d’un espace public numérique, le premier espace libre de France, en août 2003. Ce sont les parents d’élèves qui ont porté cette dernière initiative soutenus par la municipalité.

- Selon vous, faire le choix du libre est-il aisé ?

Le choix du libre n’est pas aisé.

D’abord parce qu’on trouve peu de prestataires localement et qu’on est confronté à une forte résistance au changement. Les habitudes informatiques, les difficultés rencontrées par les utilisateurs avec leurs produits habituels, l’effet de masse de l’existant ne favorisent pas le passage à d’autres outils.

A Saint-Germain-sur-Morin un cercle vertueux a été créé avec l’installation de l’équipement de l’école et son excellent fonctionnement sans aucun souci et sans aucune intervention en maintenance dans les deux années qui ont suivi. Le bon fonctionnement également de l’espace public (équipé des mêmes outils) a conforté l’usage des logiciels libres dans la commune.

Depuis ils ont gagné toute la ville. La bibliothèque, l’école maternelle, la bureautique municipale, l’intranet de la mairie, les outils internet municipaux, les foyers.

- Quels conseils donneriez-vous à des élus ?

Qu’ils profitent du libre pour développer la citoyenneté.

Ces outils sont conçus grâce à une forme de démocratie directe, leur déploiement dans une ville peut relever de la même démarche. C’est ce qui s’est passé à Saint-Germain-sur-Morin.

Nous étions dans la situation de ne pas pouvoir apporter de solution à un problème qui nous était posé. Nous avons fait ensemble, élus, parents et enseignants la découverte du libre parce qu’il était possible de tout tester sans avoir d’abord dépensé une fortune.

On n’a pas souvent ce genre d’occasions dans une ville. Les logiciels libres le permettent. Au lieu d’équiper l’école pour qu’enfants et enseignants y consomment des produits, c’est un mouvement participatif fort qui s’est créé autour de la recherche de ces solutions. Les parents d’élèves et quelques autres bénévoles ont câblé l’école, installé et paramétré le serveur, installé et paramétré les ordinateurs dans la salle informatique et dans toutes les classes puis ils ont remis en état un local mis à disposition par la mairie, câblé, créé les plans de travail, repeint les murs, installé le serveur et les terminaux de travail.

La ville a été facilitateur et les habitants acteurs.

Posté le 23 juin 2006
Consulter cet article seul

Mise en ligne de l’exposition Informatique : vive la liberté !

L’exposition Informatique : vive la liberté ! est le fruit des efforts conjoints de la Ligue de l’enseignement, d’Apitux et de l’association Linux-Alpes pour contribuer à faire connaître au plus grand nombre les possibilités offertes par le logiciel libre. Ce travail a reçu le soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte-d’Azur et du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative.

Cette exposition en 10 panneaux inaugurée à l’occasion du Libre en fête 2006 a été saluée par l’inspecteur de la Jeunesse et des Sports à l’occasion de son vernissage dans les locaux de la Ligue de l’enseignement des Alpes de Haute-Provence, à Digne-les-Bains. Elle était visible tout récemment sur le stand de l’association Linux-Alpes lors de la Journée Méditerranéenne des Logiciels libres le samedi 6 mai 2006 à Sophia Antipolis. De nombreuses associations et collectivités ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour cet outil de sensiblisation au logiciel libre. La licence Creative Common BY-SA a été choisie d’un commun accord pour permettre une diffusion la plus large possible. Aujourd’hui, ces 10 panneaux sont mis à disposition gracieusement sur le site de la Ligue de l’enseignement.

Pour en savoir plus et pour télécharger les panneaux, nous vous invitons à vous rendre sur le site Expolibre.org consacré à l’exposition.

La Ligue de l’enseignement dispense formation et conseils aux associations des Alpes du Sud à travers son Centre de Ressources à la Vie Associative. Elle s’intéresse depuis longtemps au logiciel libre et propose notamment < a href="http://www.laligue-alpesdusud.org/html/dossiers/dossier_informatique/logicielslibres_fol04formations.html">des formations à l’utilisation de la suite bureautique Openoffice et des logiciels Mozilla Firefox et Thunderbird. Elle a publié plusieurs articles consacrés au logiciel libre dans les pages de son mensuel Associatifs.

Apitux accompagne les professionnels dans leur migration vers le logiciel libre. Ses interventions portent aussi bien sur les enjeux du logiciel libre que sur leur mise en oeuvre dans différents domaines (systèmes, réseaux, bases de données...). Il a fait le choix de la licence Creative Common BY-SA pour ses ressources pédagogiques et notamment son site Apitux.org consacré aux enjeux du logiciel libre.

L’association Linux-Alpes a été créée pour promouvoir l’informatique alternative, notamment GNU-Linux et les logiciels libres à travers l’information, la formation et l’assistance auprès des usagers. Elle anime depuis 7 ans un réseau d’utilisateurs de logiciels libres. Elle participe à des actions de sensibilisation en partenariat avec les différents acteurs du territoire.

- L’exposition Informatique : vive la liberté !
- Apitux.org - les enjeux du logiciel libre
- La Ligue de l’enseignement
- Apitux
- Linux-Alpes

Lien hypertexte: Expolibre.org
Posté le 24 mai 2006
Consulter cet article seul

Une bibliothèque au coeur des mutations

Des logiciels libres à la bibilothèque de Saint-Germain-sur-Morin (77)
Les bibliothèques sont au carrefour des mutations du monde. Car si une bibliothèque est un lieu de stockage et de diffusion, l’économie numérique lui permet aussi de devenir un lieu de production culturelle. Si la bibliothèque ne pouvait pas imprimer elle-même les livres qu’elle faisait connaître, elle peut par contre désormais publier sur Internet. Ces mutations feront des bibliothèques de l’avenir des lieux ouverts. Texte repris du site internet de Saint-Germain-sur-Morin

La bibliothèque de Saint-Germain-sur-Morin a été créée il y a une quinzaine d’années. Elle a été animée par des équipes de bénévoles complétées depuis la rentrée 2004 par une salariée. Ce sont près de 10% des saint-germinois qui sont adhérents de la bibliothèque dont le fonds représente 12.000 ouvrages. Le catalogue informatique en comprend pour l’instant environ la moitié, la saisie complète de ce fonds est en cours. « L’informatisation du catalogue est la première pierre d’une modernisation complète de cet équipement communal. Actuellement concentrée dans un petit espace et dans une seule pièce, la bibliothèque doit s’agrandir l’année prochaine sur environ 200 mètres carrés. Elle disposera d’un espace d’animation et d’accueil d’expositions proposées par la médiathèque départementale ou conçues par les écoles ou par les associations. Elle permettra la réalisation d’activités destinées aux jeunes enfants comme les ateliers de lecture et d’écriture ou encore la diffusion de différents types de documents enregistrés sonores et audiovisuels » - a indiqué Martine Robert, conseillère municipale en charge de la culture.
L’espace numérique de la bibliothèque offrira pour sa part la possibilité de naviguer sur l’Internet dédié à la culture et aux savoirs, comme les encyclopédies en ligne, l’université de tous les savoirs, les universités populaires en ligne, les livres et documentations de la Bibliothèque nationale de France ou des autres grandes bibliothèques du monde.

Un choix de liberté, des logiciels libres

Les bibliothèques sont au carrefour des mutations du monde. Car si une bibliothèque est un lieu de stockage et de diffusion, l’économie numérique lui permet aussi de devenir un lieu de production culturelle. Si la bibliothèque ne pouvait pas imprimer elle-même les livres qu’elle faisait connaître, elle peut par contre désormais publier sur Internet. Ces mutations feront des bibliothèques de l’avenir des lieux ouverts. A la fois lieux de découverte et lieux de mise en relation. Les supports physiques (livre, CD, DVD, cassette) en nombre limité dans la bibliothèque côtoieront des ressources en quantité pratiquement illimitée dans le réseau mondial auxquels le haut débit facilite l’accès.
Parallèlement elles peuvent devenir l’un des lieux où des auteurs locaux, des érudits, mais aussi des groupes, produisent des ressources numériques qui seront diffusées sur le réseau Internet : des ouvrages en téléchargement, des wikilivres (livres réalisés collectivement), des ressources audio ou vidéo ou encore des sites web comme « L’Equarriss’ange », jeu de rôle hébergé par l’Espace public numérique de Saint-Germain, réalisé par trois adolescentes de la commune et qui a déjà été consulté par plus de 20.000 lecteurs (http://www.espace-public.org/equarrissange/).
Pour doter la bibliothèque des moyens de ces mutations, la commune a choisi de faire appel à un équipement entièrement en logiciels libres, un serveur AbulEdu de Ryxeo et Koha comme logiciel de gestion du fonds, des adhérents, des prêts, de consultation du catalogue et de diffusion sur Internet.

Partenariat avec le Conseil général et le Conseil régional

Pour l’ensemble de cet équipement, le matériel, l’installation, la formation, les développements informatiques spécifiques (gestion des prêts de la Médiathèque départementale) la commune a investi 12.000 euros en partenariat avec le Conseil général et le Conseil régional qui ont financé près de la moitié de l’investissement.

Michel Vallier, vice-président du Conseil général, a encouragé la commune à poursuivre dans la voie qu’elle explore. « Je transmettrai au président tout l’intérêt de ce que vous cherchez à faire ».
Marie Richard, vice-présidente du Conseil régional d’Ile-de-France a conclu cette inauguration. « C’est une ouverture sur le monde, ce sont des perspectives de nouvelles pratiques culturelles, d’échanges, de création et de mise à disposition de tous d’outils d’accès à la connaissance. »

Posté le 27 avril 2006
Consulter cet article seul