5 - Technologies en campagne

Remerciements

Aux contributeurs de ce guide et à toutes celles et ceux qui ont livré leur témoignage.

Aux membres du comité de rédaction et aux personnes qui ont été actives tout au long de la réalisation du guide, grâce à l’espace collaboratif dédié sur le site de CRéATIF.

Aux membres de CRéATIF pour leur soutien amical.

Aux efficaces relecteurs.

A la Caisse des dépôts et consignations.

...et à tous ceux qui de près ou de loin ont permis l’existence de ce guide !

Couverture, illustration du sommaire, bandeaux : Salindrah Dookhee (miyu.misaki@yahoo.com)

Mise en page : Céline Badaroux (http://grafiketgrafok.com) et le CRI-Greta du Velay

Crédits photos : Didier Lebrun (p. 6, http://didier.quartier-rural.org), Stéphane Gardé (p. 10), Philippe Cazeneuve (p. 35), Communauté de communes du pays de Murat (p. 40), Frédéric Duvernoy (pp. 36 -37), Florent Wacongne (p. 17). by-sa.eps

« Moins les cultures humaines étaient en mesure de communiquer entre elles et donc de se corrompre par leur contact, moins aussi leurs émissaires respectifs étaient capables de percevoir la richesse et la signification de cette diversité »

Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, 1955.

Ce cahier de partage d’expériences, n’est pas un livre de recettes. Nous l’avons imaginé comme un espace d’échanges et de questionnements propices à faire progresser les pratiques professionnelles des responsables et animateurs de lieux d’accès publics au multimédia et à internet. Il a pu être réalisé grâce aux membres de CRéATIF, avec le support du CRI-Greta du Velay et le soutien financier de la Caisse des Dépôts et Consignations.
Posté le 26 mars 2009
Consulter cet article seul

Glossaire

Certaines définitions de ce glossaire proviennent en partie de Wikipédia.

3G

Pour 3ème génération. Norme de technologies de téléphonie mobile (en cours de déploiement en France), considérée comme le « haut-débit » mobile. Elle s’appuie sur la norme UMTS actuellement en usage. Elle permet aux téléphones mobiles et smartphones d’envoyer et recevoir de la vidéo, de la musique, consulter des sites internet, etc., avec une vitesse raisonnable.

3G+ ou 3.5G

Norme qui succèdera à la 3G.

ADSL

Technique de communication qui permet d’utiliser une ligne téléphonique pour transmettre et recevoir des signaux numériques à des débits élevés, de manière indépendante du service téléphonique proprement dit. Les différents services que nous utilisons (téléphone, fax, TV et autres à venir) seront de plus en plus transmis en numérique, via une unique liaison ADSL.

Arts numériques

Désigne un ensemble varié de catégories de création utilisant les spécificités du langage numérique et des technologies afférentes.

B2I, Brevet informatique et internet

C’est une attestation délivrée aux élèves des écoles élémentaires, des collèges et des lycées qui sanctionne leur capacité à utiliser les outils informatiques et internet. Cependant cette attestation n’est pas un diplôme, ce n’est qu’une preuve que l’élève en question a acquis une certaine maîtrise des TIC.

CPL, Courants porteurs en ligne

Il s’agit d’une technologie ancienne, permettant le transfert d’informations numériques en passant par les lignes électriques, celles de la maison ou les lignes haute-tension. Depuis quelques années, elle permet d’utiliser le réseau électrique de la maison comme s’il s’agissait d’un réseau informatique à part entière. Il est désormais possible d’installer un petit boîtier sur les prises électriques que l’on souhaite rendre communicantes avec d’autres matériels installés sur le même réseau.

Cyber-base

C’est un espace numérique dont la principale mission est la sensibilisation et l’initiation de tous les publics aux usages de l’Internet. Il est également un outil au service du développement du territoire, capable de soutenir des projets locaux, en cohérence avec les politiques publiques locales. Similaire aux EPN et ECM, mais à l’initiative de la Caisse des dépôts et consignations.

Déprise

La notion de déprise agricole décrit un abandon (définitif ou pour une longue période) de l’activité de culture ou d’élevage dans un territoire.

ECM, Espace Culture Multimédia

Ce sont des lieux d’accès publics au multimédia au sein de structures culturelles. Ils mettent en œuvre des actions et des programmes de sensibilisation, d’initiation et de formation au multimédia à partir de contenus culturels, éducatifs et artistiques et de projets d’usages de ces technologies. Similaire à un EPN, mais à l’initiative du Ministère de la Culture.

EPN, Espace Public Numérique

C’est une structure d’accueil du public, à but non lucratif, pour l’initiation à l’informatique et aux technologies de l’information et de la communication. Ce nom a d’abord été un label français, dont le terme s’est généralisé.

Flux ou fil RSS/Atom

C’est une solution technique permettant à un site web d’informer les visiteurs des changements de son contenu (nouveaux articles, articles mis à jour, etc.). Un flux correspond en fait à l’adresse internet d’un fichier qui contient la liste des derniers articles publiés avec : la date de publication, l’auteur, un extrait de l’article et l’adresse où l’on pourra trouver l’article en entier. Un logiciel permet ensuite de s’abonner (au même titre que les podcasts) de façon à pouvoir suivre l’actualité de plusieurs sites en même temps.

FSE, Fond social européen

C’est le plus ancien des fonds structurels européens qui financent le développement économique et social dans les pays de l’Union européenne. Créé par le Traité de Rome en 1957, le FSE a commencé ses opérations en 1960.

GPS, Global Positioning System

En français « système de positionnement mondial ». Il s’agit d’une technologie permettant de connaître précisément sa position sur le globe terrestre. Il faut un appareil équipé du GPS pour pouvoir l’exploiter. Certains téléphones mobiles en sont maintenant équipés, permettant à l’utilisateur, par exemple, d’afficher la carte de l’endroit où il se trouve, de le guider, etc.

GPRS, General Packet Radio Service

C’est une norme, au même titre que la 3G, mais plus ancienne (qualifiée de 2.5G dans la chronologie des normes de communication hertziennes).

Haut débit ou haut-débit

Notion opposée à « bas-débit », qui laisse entendre un débit de données (voir kbit/s) plus élevé qu’une technologie bas-débit. Cette notion est très relative : en effet le débit du « haut-débit » des années 2000 fait figure de bas-débit par rapport aux débits actuels ! De même l’ADSL actuel peut être vu comme du bas-débit par rapport aux liaisons en fibre optiques...

Hotspot

C’est une borne Wifi publique sur laquelle un ordinateur peut se connecter afin d’envoyer et recevoir des informations sur internet. L’accès peut être réglementé (ex. réseau Fon) et payant (ex. les hotspots Orange), ou totalement libre et gratuit (ex. dans certains hôtels ou lieux publics).

kbit/s (kilo bit par seconde)

Unité de mesure du débit (ou vitesse de transmission) de l’information.

- 1 bit correspond à une impulsion électrique, ou encore 1 information (0 ou 1, vrai ou faux, oui ou non, etc.).
- 1 bit/s correspond donc à l’envoi d’une information par seconde.
- 1 kbit correspond à 1024 bits, d’où 1 kbit/s équivaut à 1024 informations transmises en 1 seconde. A titre d’illustration, la page d’accueil de Google France « pèse » 150 kbit. Il faudrait 150 secondes pour la transmettre via une liaison à 1 kbit/s.

LAN, Local Area Network et WAN, Wide Area Network

Ce sont deux façons de nommer un réseau informatique. Un LAN est un réseau de petite taille (salle informatique, entreprise, quartier) et un WAN est plus vaste (région, pays).

MP3

C’est un algorithme de compression audio capable de réduire la quantité de données nécessaire pour restituer de l’audio mais qui, pour l’auditeur, ressemble à une reproduction du son original non compressé, c’est-à-dire avec perte de qualité sonore significative mais acceptable pour l’oreille humaine. Par abus de langage, on parle de MP3 comme un format de fichier sonore.

PDA, Personal Digital Assistant

Un PDA, « assistant personnel » en français, est un ordinateur de poche. Il peut servir d’agenda, de carnet d’adresses et de bloc-notes, etc. Un PDA doté de moyen de communication téléphonique serait un « smartphone » (cf. ci-dessous).

Podcast, podcasting ou balado-diffusion

C’est un moyen de diffusion de fichiers audio ou vidéo, permettant de faciliter le suivi d’émissions audio ou vidéo. Le principe est le suivant : un utilisateur s’abonne à un programme diffusé par tel ou tel site, radio, TV, etc. Le logiciel utilisé pour la balado-diffusion va alors télécharger les derniers épisodes et permettre ainsi de les écouter. Régulièrement il ira vérifier s’il existe de nouveaux épisodes, et les téléchargera le cas échéant. Certains logiciels permettent également de gérer la copie des épisodes sur un baladeur numérique. Il est relativement facile de mettre en place un service de podcasting pour les visiteurs de son propre site, car cette technologie est ouverte.

PRAI, Programme Régional d’Actions Innovatrices

Il s’agit d’un instrument communautaire dévolu aux régions pour l’expérimentation de projets innovants. Il est destiné à initier et soutenir des politiques régionales innovantes en matière de recherche et développement, de nouvelles technologies de l’information et de développement durable, mais aussi à contribuer au renforcement des partenariats publics-privés dans ces domaines. Le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) est cofinanceur des initiatives mises en place. (source : site web de la Région Midi-Pyrénées)

Smartphone

Un smartphone (téléphone « futé » ou « intelligent ») est un téléphone mobile possédant des fonctionnalités très avancées, comme un agenda, un navigateur web, un logiciel de messagerie, la navigation GPS, etc.

SPIP

C’est un logiciel libre, qui s’installe sur un serveur internet, et qui permet à une communauté d’usagers de publier facilement des articles. SPIP permet la gestion du contenu du site, mais gère également son apparence graphique. C’est un moyen simple, gratuit et efficace de mettre en place un site web dynamique.

Web conférence

Outil permettant de communiquer par vidéo avec d’autres participants, via un simple site web et une caméra. Ces outils se reposent en général sur la technologie « Flash ». Au delà des considérations techniques, on parle de web conférence pour indiquer un moyen simple de faire de la visio-conférence, sans matériel dédié.

TIC, Technologies de l’information et de la communication et TICE, TIC pour l’éducation

Elles regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, principalement de l’informatique, de l’internet et des télécommunications. Parfois préfixé d’un N pour « nouvelles ». Parfois suivi d’un E quand elles sont appliquées à l’éducation.

On parle de TICE pour l’usage des TIC appliquées dans un contexte éducatif.

TNT, Télévision numérique terrestre

Il s’agit d’une façon nouvelle d’envoyer un signal audio-visuel en le codant sous forme numérique (des 0 et 1). Il est ainsi possible d’envoyer une image et un son de meilleure qualité et surtout de multiplier le nombre de chaînes transmises simultanément. Il faut s’équiper d’un boîtier capable de comprendre ce nouveau signal afin de le visualiser sur un téléviseur classique. Cependant à l’avenir les récepteurs intégreront directement cette norme, la télévision analogique disparaîtra donc dans une dizaine d’années.

Webring

C’est une collection de sites web traitant d’un thème commun. Un système de navigation permet d’aller d’un site à un autre. En général il s’agit d’un bandeau en haut de page, signifiant que le présent site participe à un « webring », et que le visiteur peut aller consulter le site précédent ou suivant dans l’anneau. Ce concept date des années 90, et a été dépassé par le principe de syndication.

Webzine

Un webzine (contraction de web et magazine) est la transposition sur internet d’un magazine, qu’il s’agisse d’un fanzine (journal de fans) ou d’un périodique réalisé par des professionnels ou des bénévoles.

Wifi

Technique de réseau informatique sans fil, permettant de transmettre des informations par voie hertzienne dans une espace relativement restreint (une maison). Wifi est en fait une marque faisant référence à différentes normes. Depuis quelques années, des bornes (ou hotspots) sont installées dans différents lieux publics afin de donner accès au réseau. C’est en effet un moyen simple et peu coûteux de le faire, bien que l’on ne sache pas encore précisément s’il y a des conséquences pour la santé humaine.

WiMAX

Acronyme pour Worldwide Interoperability for Microwave Access. Normes de télécommunication hertzienne en cours d’expérimentation. On peut comparer ce moyen d’accès à un Wifi grandeur nature, avec des débits et une portée très supérieurs (plusieurs dizaines de mégabits/seconde sur quelques dizaines de kilomètres). C’est également une marque, qui fédère les efforts de plusieurs entreprises afin d’obtenir un consensus autour d’une norme commune.

Posté le 26 mars 2009
Consulter cet article seul

En guise de conclusion

Entretien avec Philippe Cazeneuve, Savoir en Actes

En initiant ce guide, nous sommes partis sur l’idée de « ruralité » en faisant l’hypothèse qu’il y avait là un phénomène particulier en matière d’accès aux technologies numériques. Avec le recul, sans remettre en question l’importance de poser la question de l’espace rural, il faut bien constater que les questions d’enclavement se posent aussi ailleurs avec des besoins similaires, dans certains quartiers des grandes agglomérations par exemple.

Que signifie « être connecté à internet » ? Est-ce une question de technologie ? Une question de capacité à utiliser et donc d’appropriation culturelle ? En milieu rural comme en milieu urbain subsistent des freins culturels et des blocages qui tiennent à la représentation que chacun se fait de lui-même : « Je ne suis pas capable d’y arriver, ce truc là c’est pas fait pour moi, je n’y comprends rien et je me sens très loin de tout ça ».

L’article de Pierre Cornu rappelle que cette notion d’enclavement est une construction culturelle, et que les habitants des territoires ruraux ont envie, non seulement d’être acteurs, mais aussi « scénaristes » de leur propre histoire. Les différentes réponses originales construites par les porteurs d’initiatives citées dans ce guide, solutions technologiques ou accompagnement des usages, montrent bien que ce qui est universel, c’est l’envie de prendre en main son destin.

Les témoignages soulignent que les logiques sociales sont déterminantes et premières par rapport aux technologies. La technique peut contribuer au développement des territoires ruraux, jouer un rôle démultiplicateur, mais pour soulever le monde avec un levier il faut disposer d’un point d’appui. Le point d’appui ce sont les réseaux de personnes.

Les réseaux de communication ne sont rien sans les réseaux humains. Développer des infrastructures, si l’on n’investit pas en parallèle dans l’accompagnement des usages, cela ne marche pas. Il faut en même temps développer le pouvoir d’agir des habitants et des acteurs locaux, pour que ces réseaux irriguent le développement des territoires.

Dans une logique de mutualisation, la première chose qu’il convient de partager, c’est le diagnostic de la situation du territoire et des besoins, exprimés ou non. S’il n’y a pas un diagnostic, puis un projet partagés, on ne créera pas de dynamique collective durable.

Puisque « être connecté », c’est être en contact avec d’autres personnes, le lien social ne serait-il pas un protocole de communication à très-très-haut-débit ?

http://savoirenactes.fr

Posté le 26 mars 2009
Consulter cet article seul

famidac.fr : un site géré collectivement par des travailleurs isolés en milieu rural

Entretien avec Etienne Frommelt, Président de Famidac

Famidac est l’association des accueillants familiaux, qui prennent en charge chez eux des personnes rencontrant des difficultés passagères ou permanentes - adultes handicapés, personnes âgées, malades, convalescents... Les accueillants familiaux sont agréés et contrôlés par le Conseil général de leur département. Les 600 adhérents de l’association vivent pour la plupart en milieu rural. Les accueillants ont pour point commun de devoir rester quasiment en permanence à leur domicile pour s’occuper des personnes accueillies.

Afin de maintenir un contact entre ses membres, l’association a créé un site web en 1998. Au départ, c’était un site statique qui proposait une information générale sur l’accueil familial, régulièrement et laborieusement mise à jour. Ce site, qui reçoit depuis quelques années plus de 1500 visiteurs par jour est désormais co-géré par cinq bénévoles. L’association diffuse l’information légale sur la profession, publie gratuitement des demandes et des offres d’accueil, anime une liste de diffusion et un forum très actif grâce à un ensemble de membres « conseillers » qui jouent un rôle de modérateurs, permettent le partage d’idées, de conseils et d’informations techniques et réglementaires. Depuis 2008, un guichet d’aide permet aux modérateurs d’assurer un support individuel avec un suivi des échanges. De plus le téléphone par ADSL facilite le transfert des appels qui arrivent à l’association vers les différents « correspondants ressource », en fonction de leurs disponibilités.

Les outils utilisés sont simples et basés sur des solutions libres (SPIP CMS*, gestionnaire de forum Phorum, plus un ensemble d’outils partagés sur la plateforme Google). Un hébergement web classique fédère le tout.

La majeure partie de l’activité de l’association repose sur ce site, même si une rencontre annuelle continue de rassembler physiquement les membres. La moitié des adhérents, eux-mêmes d’un certain âge et pas très à l’aise avec l’internet, continue de privilégier les contacts téléphoniques. L’activité d’accueillant familial tend cependant à être exercée par de jeunes travailleurs, qui y voient une opportunité d’emploi sur des territoires ruraux où l’offre est très restreinte. Ces nouveaux arrivants trouveront avec internet un appui pour maintenir et développer leur activité.

http://www.famidac.fr

Posté le 26 mars 2009
Consulter cet article seul

Des EPN aux télécentres : télétravailler en pays de Murat

Corinne Ibarra, Directrice de la Communauté de communes du Pays de Murat

La Maison des services du pays de Murat a été créée en 2005 par la Communauté de communes pour favoriser l’accès à l’information, aux nouvelles technologies et faciliter les démarches administratives. Située au cœur du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne, elle enregistre chaque mois une moyenne de 1000 visites accompagnées de prestations, dans un bassin de vie de 6000 habitants répartis dans treize communes.

Elle offre les services suivants :

- Accès à l’information : emploi, annonces de proximité, actualité sportive et culturelle, PIJ ;
- Service de billetterie et de retrait des places ;
- Amélioration des démarches administratives avec des conseillers qui assurent des permanences régulières (38 organismes partenaires) ;
- Rencontres par visio-accueil ;
- Accès aux services publics en ligne sur une borne internet ;
- Salle multimédia avec huit postes connectés à internet en accès gratuit ;
- Salle de visioconférence pour les entreprises ;
- Accueil de télétravailleurs nomades ou sédentaires dans un télécentre composé de quatre bureaux privatifs équipés, quatre jours par semaine.

La force de la Maison, c’est de proposer en un même lieu des services à distance, des technologies fermées (le visio-accueil) et ouvertes (les ordinateurs en libre accès) mais aussi de nombreux services sur place avec un riche calendrier de permanences, et surtout une personne pour accueillir et accompagner les usagers dans leurs démarches. Cette offre globale amène les habitants à s’y rendre et crée une habitude de fréquentation par les différentes catégories socioprofessionnelles.

Une nouvelle impulsion pour télétravailler dans le Cantal

La Maison accueille depuis 2007 un télécentre, soutenu par le Conseil général du Cantal et l’État. Pour encourager le télétravail, une formation gratuite a été proposée avec le concours du FSE* : dix modules sur six mois avec seulement dix journées dispensées sur place, à la Maison des services, le reste s’effectuant à distance. De même, pour sa première année de fonctionnement, le télécentre est mis gratuitement à la disposition des télétravailleurs indépendants. Neuf télétravailleurs formés en 2007 proposent leurs services de traduction, de secrétariat ou d’illustration via le site du pays de Murat, qui fait également la promotion du télétravail auprès des donneurs d’ordre potentiels : « 5 bonnes raisons de faire appel à un télétravailleur ».

http://www.paysdemurat.fr/mds/

Posté le 26 mars 2009
Consulter cet article seul