Genre d’article

Compte-Rendu Rencontre

Créatif, Assemblée Générale du 17/10/12 : compte rendu

CISP, Boulevard Kellermann, 75013 PARIS

Étaient présents :

. Michel Briand, Président de Créatif
. Nathalie Caclard, secrétaire
. Natacha Crimier, Région PACA
. Stéphane Delahaye, ARSENIC, PACA
. Yann Legal - Cherbourg
. Anne-Claire Dubreuil, CG Lot
. Frédéric Dumortier, MDECS-RSP Lozère
. Yoann Duriaux, Zoomacom
. Marie-Hélène Féron, ARTESI IdF
. Gilles Massini CG33
. Jérôme Lamache, CR Basse-Normandie
. Yannick Landais, La Fonderie
. Élisabeth Le Faucheur Joncour, Ville de Brest
. Frédéric Duvernoy - ARDESI
. Stéphane Lestage Animateur et secrétaire de l’association Parilus
. Garlann Nizon, Pôle numérique Valence
. Guy Pastre, Maison de Grigny (69)
. Amélie Thuret Délégation aux Usages de l’Internet
. Yves Sibillaud
. Louis-Julien de la Bouère

La séance débute à 9h30 sous la présidence de Michel Briand.

Point sur les Adhésions :

En 2011 retour des pays de la Loire, adhésion du CG de la Gironde, d’ARSENIC, et de CoRAIA.

Renouvellement du Conseil d’Administration et élection des membres du bureau

Composition du Conseil d’Administration et du bureau (2011-2012)

- Michel BRIAND, Président
- Jérôme LAMACHE, Vice-Président
- Elisabeth LE FAUCHEUR JONCOUR, Vice-Présidente
- Guy PASTRE, Vice Président
- Yannick LANDAIS, Trésorier
- Nathalie CACLARD, Secrétaire
- Anne-Claire DUBREUIL, membre du bureau
- Natacha CRIMIER
- Marie-France BURINI
- Stéphane DELAHAYE
- Frédéric DUMORTIER
- Marie-Hélène FERON
- Eric FERRARI
- Garlann NIZON
- Max WATTRE

Renouvellement 2012 du Conseil d’Administration
L’Assemblée Générale procède au renouvellement 2012 du conseil d’administration :

  • Michel BRIAND
  • Anne-Claire DUBREUIL
  • Jérôme LAMACHE
  • Elisabeth LE FAUCHEUR JONCOUR
  • Guy PASTRE
  • Eric FERRARI
  • Frédéric DUMORTIER
  • Frédéric Duvernoy (ARDESI)
  • Garlann NIZON
  • Max WATTRE
  • Stéphane DELAHAYE
  • Natacha CRIMIER
  • Marie-Hélène FERON
  • Yoann Duriaux entrant (SCOP)
  • Claude Virlogeux entrant

Les membres du Conseil d’Administration sont élus à l’unanimité.

Le Conseil d’administration procède à l’élection du Président et du bureau

- Président, démission de Michel Briand – Yann Le Gall est élu
-  Secrétaire  ; Démission de Nathalie Caclard, Garlann NIZON est élue à cette fonction
-  Trésorier : Yannick Landais, démissionnaire, Frédéric Dumortier (Lozère) maison de l’emploi et de la cohésion sociale est élu à cette fonction.
-  Vices-Présidents : Elisabeth Le Faucheur , Guy Pastre et Jérôme Lamache sont élus et donc maintenus dans leurs fonctions.
-  Anne-Claire Dubreuil : reste membre du bureau, sans toutefois y assumer des fonctions spécifiques

Présentation et adoption du rapport d’activité et du rapport financier 2011

Rapport d’activités 2011 : Éléments marquants

PDF - 448.4 ko

- Janvier 2011 : Rencontres d’Autrans

Un Atelier CRéATIF a eu lieu le 12 janvier, sur le thème de la certification des compétences. Il a permis de faire le point sur les dispositifs en cours. Animé par Créatif le 12 Janvier (Véronique Moche, Marie-Hélène Féron, Hedwige Cornet, AC Dubreuil, Michel Briand), il s’agissait d’un travail préparatoire aux chantiers relatifs au B2IAdulte et la certification des compétences,

Créatif est engagé autour de la veille, de l’expérimentation. Il est nécessaire de faire pression au-delà du Lot et de CoRAIA, de tisser des partenariats avec les Universités et faire reconnaître les EPN comme certificateurs du B2IAdulte, d’obtenir une reconnaissance au niveau national. Travaux préparatoire à Autrans à poursuivre.

L’ExplorBook de la médiation numérique et la frise ont été animés par Stéphanie Lucien Brun et Yoann Duriaux.

Selon Michel Briand, il serait intéressant de faire un bilan de ce qui se fait sur différents territoires : à Brest dans le cadre de la politique conduite par la Ville, dans le Lot, etc.… Il est nécessaire de mutualiser, notamment les bilans des expérimentations.

Il s’agit d’être en mesure de répondre à une demande sociale émanent notamment des personnes n’ayant pas accès à la formation.

L’assemblée Générale décide de la création d’un groupe de travail « Compétences numériques ». L’outil choisi comme support est Yammer.

- Aout 2011 : Ruralitic

Lors des rencontres Ruralitic, Créatif a organisé l’Atelier dédié à « L’accès public à Internet : Point d’étape ».

Intervenants : Véronique BIDAN (Manche Numérique), Jean-Michel Billaut (Atelier BNP Paribas), Hedwige Cornet (DUI), Renaud LAGRAVE (Alpi 40), Jérôme Lamache (Basse-Normandie), JP Poisson (Communauté de communes des Plaines et Forêts d’Yvelines

CRéATIF, regrette que le format (un nombre peut être trop important d’intervenants par rapport au temps alloué) n’ai pas permis le temps nécessaire à une réelle discussion. Les membres de l’association constatent et se réjouissent qu’une place de plus en plus conséquente soit faite à la thématique « médiation numérique ».

La table ronde de Ruralitic 2012 a d’ailleurs fait l’objet d’une captation vidéo toujours visible en ligne. Force est aussi de constater que globalement le terme de Médiation numérique se diffuse, et que de nombreuses publications en font état.

Une place plus importante devrait lui être accordée lors de l’édition 2013 de Ruralitic. Le choix sera fait d’une organisation simple, avec le souci de conserver une cohérence dans les interventions.

- Eté TIC 2011 : pas réellement d’action de Créatif, année un peu délicate en organisation.

- Septembre 2011 : Assises de la médiation numérique

De l’avis général il s’agit du temps fort de l’année, l’organisation de cet événement a mobilisé les acteurs de février à septembre 2011. Ces assises ont été l’occasion de d’effectuer un travail collaboratif à distance sur le long terme.

Pour CRéATIF, il s’agissait d’un enjeu important que de participer et d’être partenaire de cet exercice de prospective sur la médiation numérique. Les carnets de la médiation numériques, résultat de ces assises, ne sont qu’un début. Il convient de continuer à s’interroger sur les modalités de leur diffusion et de communication. Comment en assurer une appropriation par le plus grand nombre ? Quelles suites donner aux chantiers ? Comment peut-on les ré-explorer ? Comment associer d’autres réseaux et partenaires à ces réflexions ?

La suite de ses assises et le résultat que sont les carnets de la médiation numérique, sont un des chantiers de Créatif sur les années à venir.

- 28 Octobre 2011 ; droit et EPN le jeu

Le séminaire de restitution et de cloture du projet s’est déroulé le 28/10/11 après 18 mois de travail. Ce projet, initié par plusieurs membres de l’association CRéATIF (ARDESI, ARTESI, CG du Lot, Ville de Brest, Conseil Régional de Bretagne), a consisté à réaliser un dispositif d’auto-formation concernant les aspects juridiques de l’internet. Il a bénéficié de Fonds FEDER dans le cadre du programme Europ’Act. Il s’agit d’un serious game composé de 5 modules permettant de se positionner en amont puis d’acquérir les compétences nécessaires à tout animateur multimédia. Ce dispositif est accessible en ligne (http://www.creatif-public.net/-Droit-et-EPN-le-JEU.html).

L’objectif de ce support est de permettre une appropriation par les territoires (il est d’ailleurs possible de l’intégrer sur tout portail). Les partenaires du projet n’ont pas reçu le solde de l’opération, aucun délai n’est actuellement annoncé.

Il semble nécessaire de mutualiser sur les pratiques autour de ce jeu. Michel Briand explique qu’il est utilisé lors d’ateliers : les participants jouent avec l’accompagnement d’un animateur des petits débrouillards de Bretagne.
Le jeu a été légalement déposé cet été à la Bibliothèque Nationale de France (obligation légale).

Il évoque d’ailleurs le collectif : « savoirs com1 » regroupant des gens actifs dans les bibliothèques dont un des objectifs et de travailler autour des biens intellectuels, CRéATIF pourrait échanger avec ce collectif.

- 27 et 28 octobre, Télécentres Europe Bruxelles.

Pour rappel, le réseau Télécentre Europe est une association européenne des structures nationales. Créatif en est membre et donc administrateur. Les échanges se font exclusivement en anglais. Ce réseau présente une difficulté car les membres n’ont pas le même mode de fonctionnement que notre association. En effet, les autres membres sont des associations ayant des salariés permanents, contrairement à nous. Nous avons donc une plus faible implication dans ce réseau.

Créatif a cependant relayé la « Get On Line WEEK », qui est sur la même période que la fête de l’internet, nous permettant ainsi d’en faire un objet commun, et donc de valoriser ce qui se fait en France à un niveau européen.

Les conférences d’octobre 2011, étaient concentrées sur les e-skills (compétences numériques clés) et l’employabilité. En France nous avons des structures dédiées (Pôle Emploi, par exemple), notre travail consiste donc plus à assurer une mise en réseau, la mise en cohérence des acteurs, valoriser les partenariats que de travailler directement sur ces questions, « à la place de... ».

Un document « key competences for all », a été « françisé » par la Belgique. Cependant, les modes de fonctionnement n’étant pas identiques entre nos deux pays, il serait intéressant de le re-contextualiser et l’adapter à nos réalités nationales.

Cette année, bien que toujours adhérent au réseau, CRéATIF ne sera pas présent à l’AG, celle-ci étant fixée à la même date que celle de l’association.

Rapport Financier

CF. Rapport d’activité

En 2011 (du 1er janvier au 31 décembre 2011), l’activité a été relativement faible. L’association a dégagé 13.210 euros de recettes réparties entre cotisations et financements DUI, CREPS... Les dépenses, quant à elles s’élèvent à 15.558 euros, soit un résultat négatif de 2.355 euros.

Au 31 décembre 2011, l’association présente un excédent cumulé de 19165 euros.

En 2012 pas de dépenses particulières, les cotisations restent stables.

Le Nouveau siège social est situé à La Fonderie, qui risque encore de déménager. Les changements posent des problèmes avec la banque, il est donc nécessaire de trouver un siège stable dans le temps.

Mot du Président

Contrairement à la tradition, le mot du Président, est réalisé en conclusion de l’Assemblée Générale.

Michel Briand a écrit un texte (cf Annexe et Rapport d’activité).
Il reprend des éléments de l’histoire de créatif. De son origine en 2000 à Autrans, cette association n’était qu’un collectif à la base. A l’époque la Mapi, (mission interministérielle), avait évoqué le déblocage de financements qui ne sont jamais arrivés. L’association ayant recruté un salarié, elle a à ce moment traversé une période difficile, qui s’est achevée grâce à la rédaction puis la vente des guides en partenariat avec la Caisse des Dépôts permettant d’assainir les comptes de l’association.
Michel Briand insiste sur notre capacité à effectuer un travail collaboratif initié lors de la conception des guides. L’identité de CRéATIF réside dans cette capacité à formaliser des ouvrages (recueil d’expériences, travaux…) sur certains sujets.

Notre association est la seule organisation existante au niveau national, qui assure la défense d’une vision globale de l’accès public. Elle fédère des animateurs de dispositifs qui restent en vigilance pour défendre le métier d’animateur/médiateur numérique et en soutenir le besoin de professionnalisation.

Même si des partenariats avec la CDC ou la DUI ont été mis en place, CRéATIF a toujours su garder son indépendance. Nous pouvons déplorer le fait qu’il n’y ait pas de politique nationale sur l’accès public mais que des dispositifs territoriaux, provoquant un manque d’égalité sur les territoires. Il y a eu peu d’évolution vis à vis des textes fondateurs de l’association, mais nous avons amorcé un virage avec la médiation numérique, portée par Créatif : petite structure sans salariés.

Questions :

- Comment garantir l’articulation entre les EPN et des acteurs qui font avancer les appropriations sociales des outils et usages ? Comment travailler avec les autres ?
- Le métier à fortement évolué, l’animateur est devenu agent de développement local, comment valoriser et faire reconnaître cette fonction ?
- Croisement des réseaux, Tiers-Lieux, Fablab, DOITY, coworking et télé-travail, savoirs com1. Comment entrer en dialogue avec ces réseaux sans forcément les intégrer à Créatif, mais amorcer une mise en réseau et un travail collaboratif.
- Nouer des partenariats avec les autres mouvements d’action sociale (MFR, CRDSU…)
- Comment réduire les disparités territoriales ?

Ce monde est un monde de réseaux, les choses s’interconnectent et se relient il est nécessaire de s’ouvrir et d’apprendre à travailler en inter-réseau (EPN, FablLabs…), d’être présents avec les acteurs sociaux et provoquer la convergence et la rencontre.

Votes

- Bilan financier : quitus à l’unanimité
- Rapport d’activités : Adopté à l’unanimité

Echanges

Pour Yoann – Pas assez de mouvement, d’open process et de feedback – liant entre grand projets et territoires. Pas assez de poids sur les lobbies financiers.

  • Projet associatif Rendez-vous est pris dans 6 mois, pour démarrer la réécriture du projet de l’association pour le mettre en phase avec la mutation de la médiation numérique. En amont nous pourrions ouvrir un espace d’échanges d’idées (Yammer ? Wiki ?), afin de mener notre réflexion et de confronter nos points de vue. Chantiers à ouvrir et animer : assurer la suite du travail issu des assises de la médiation numérique en Corse. Il est évoqué la possibilité de réunir une nouvelle fois les acteurs de la médiation numérique et leurs réseaux partenaires, au printemps. L’accueil et l’organisation des suites des assises pourraient être assurés par le Conseil Général de la Gironde. Contribution d’Arsenic Le Conseil d’Administration d’Arsenic a entamé une réflexion dont Stéphane Delaye se fait le porte-parole aujourd’hui. Ainsi, il expose que : La médiation numérique est, par définition, protéiforme. Il s’agit d’emplois non délocalisables, vecteur d’innovation économique et qu’à ce titre nous pouvons nous inscrire comme étant des acteurs de l’économie numérique. La médiation numérique regroupe des acteurs atypiques et tous différents (associations, collectivités, coopératives...) présents dans quasiment tous les territoires. Nous avons su développer de nombreuses compétences, et avons une capacité à mobiliser de nombreuses personnes. Le monde de la médiation numérique représente une pluralité de partenariats importante.

Nous sommes acteurs de l’économie numérique et devons-nous positionner comme tel. De grands chantiers se dessinent devant nous : open data, médias citoyens, compétences de bases, co-working...
Partant de ce constat, le Conseil d’Administration d’Arsenic propose que nous ayons un vrai projet politique à porter. En tant qu’acteur de l’économie Numérique, Créatif devrait être représenté au sein du Conseil National du Numérique.

Créatif doit faire un travail de synthèse, de portage d’un vrai projet politique, ceci n’étant possible que par un portage collectif.

  • Gestion de l’abondance Pour Michel Briand, le numérique nous a appris l’abondance. Cette question change nos postulats sociaux : un mode de fonctionnement différent. Nous devons utiliser l’angle de l’innovation sociale ouverte en réseau plutôt que celui de l’économie numérique.

Un certain maillage du territoire national est déjà en place sous cet angle (TT12, Forum des usages, Roumics...). Nous devons valoriser sur notre capacité à gérer l’abondance en mode travail collaboratif. (Parallèlement avec le MOOC, Créatif ne pourrait-elle pas initier un MOOC à propos de la médiation numérique ?)

Créatif ne pourrait-il pas rencontrer les cabinets de l’économie numérique et de l’innovation sociale ? Nous sommes des acteurs de l’économie numérique avec notre spécificité qui est celle de la Médiation numérique et encourager l’innovation sociale en France.

Prenons le pouvoir sur le réseau en ligne en faisant en sorte que nous ayons une identité permettant de fédérer des milliers de personnes et garantir ainsi notre visibilité, car nous avons une force de frappe colossale. Nous avons besoin de gens qui animent qui créent de la synergie.

Nous devons nous positionner sur les usages qui mettent en action les acteurs locaux, avec des budgets modestes dans la démarche ESS. La coopération permet de monter de grands projets sans couts exorbitants : un travail en mode collaboratif, où nous sommes tous producteurs, permet de libérer des énergies et d’aboutir à des résultats visibles, valorisables et conséquents.

Mobilisation et revendications doivent être menées en parallèle, permettant d’assurer les tâches de fond puis de mobiliser le plus grand nombre (qui adhéreront à nos messages que nous essayerons de définir en tant que projet politique). Ainsi, Hadopi représente 177 salariés ! Quelle position de Créatif à ce propos, quels messages portons nous ?

Il est urgent de mener un travail de fond sur l’évolution des métiers liés à la médiation numérique. Amélie Thuret (DUI) a travaillé sur les profils de postes et emplois d’avenir, nous pouvons nous en servir de base de réflexion. De réseaux travaillent sur les questions liées aux compétences numériques, aux formations et certifications (CoRAIA, Lot, Arsenic...), il est important de pouvoir mutualiser nos travaux et réflexions.

Pour Michel Briand, « Nous devons entamer une refondation globale du projet de l’association. Nous pourrions ainsi nous positionner en tant qu’acteur de l’innovation sociale. Ce travail pourrait être mené par exemple début janvier, éventuellement à Autrans. Il serait intéressant d’y associer des acteurs tels que J.M. Cornu et Than NGuyen, porteurs de cette société en réseau.

Comment apprendre à faire autrement ? On a la possibilité d’animer un débat sur ces questions, en travaillant avec des gens qui ont un autre discours sur la société numérique dans l’idée faire autrement et collaboration, et société d’abondance. Exemple du MOOC.

Ainsi, nous pourrions organiser une journée de rencontre, en parlant d’innovation sociale et d’économie numérique en mode collaboratif, dans l’idée d’un tiers lieux.

Yoann évoque les projets de TT12 et du tour de France du co-working. Il travaille actuellement sur la question des modèles économiques des tiers lieux. L’objectif étant d’écrire le code source de base, en y intégrant également les notions telles que les nouveaux métiers, les coopératives d’activités. Ceci fait l’objet d’un dossier déposé en Région Rhône-Alpes.

Il est important que Créatif relaye ce type d’initiatives et son résultat sur les territoires, nous sommes amenés à fonctionner de plus en plus en réseau.

  • Problématique de la circulation de l’information

Créatif a un problème en ce qui concerne la circulation de l’information, la veille et la présence sur les réseaux sociaux. Il est donc évoqué la question de faire appel à une prestation extérieure pour animer les réseaux, favoriser les échanges entre les membres et assurer la présence de l’association et la visibilité de ses actions sur les réseaux sociaux. Mais faut-il rechercher une personne ou un collectif de compétences ? Quelle masse de travail cela représente-t-il ?

Ces questions feront l’objet d’un travail collaboratif, par la rédaction d’un cahier des charges (via Yammer), permettant d’éclaircir certains aspects de cette prestation. Ensuite, une prise de décision collégiale par un vote sera assurée.

Selon Michel il est nécessaire de caler un jour ou deux au printemps, afin de faire un point global sur nos projets et questionnements après une période de réflexion. Ainsi, nous pourrions nous adosser aux rencontres Moustic à Montpellier assurant ainsi une participation importante des membres de l’association.

Quoiqu’il en soit il est nécessaire, dans un premier temps, de rassembler nos outils de communication et flux intéressants sur les réseaux, page Facebook, tweeter, scoop it… Il est prévu d’ouvrir un site sur Yammer, pour commencer à agréger.

En Basse Normandie, la Région finance des temps de veille (1/2 journée de veille par semaine) via un scoop it collectif (médiation numérique bas-normande).

  • Point sur Autrans 2013 Il est actuellement financièrement complexe, de maintenir cet événement en l’état actuel des choses. En effet, la Région baisse les subventions et le CG38 est absent. Deux options s’offrent aux organisateurs : soit maintenir cette manifestation telle que nous la connaissons mais de manière plus réduite, soit créer quelque chose de différent qui resterait à définir.

Une option probable serait de créer une manifestation, ou de s’adosser à une manifestation existante, dans la logique d’un tiers lieux type « Autrans camp : pour préparer le voyage » de façon à concevoir l’avenir de cet événement en Rhône-Alpes avec une volonté forte d’ouverture et de co-construction. Il semble qu’une date au printemps serait appropriée pour ne pas entraîner de confusion avec « l’ancien Autrans ». La thématique de l’innovation sociale et médiation numérique est à exploiter, en utilisant un format de type tiers lieux.

  • Utilité sociale :

Cette thématique s’inscrit dans la suite logique du travail fait sur e-inclusion lors des assises de la médiation numérique et du forum des usages coopératifs de juillet 2012. Elle est portée par Elisabeth Le Faucheur.

Les travaux sur e-inclusion, et plus globalement sur la médiation numérique, montrent la difficulté à apprécier leurs apports : lien social, cohésion sociale, valorisation des personnes, renforcement de l’estime de soi… sont difficilement mesurables à partir de critères traditionnels souvent réduits à des valeurs comptables.

D’autres méthodes doivent être mobilisées pour permettre une connaissance fine des effets produits par les actions de médiation numérique, une reconnaissance de leur valeur et la mise en partage à des fins de reproduction sur d’autres territoires.

Du coté des porteurs de projets, ce travail permettra d’apporter des adaptations, améliorations aux actions conduites, et de les valoriser ; Coté décideurs, financeurs d’avoir une meilleure lisibilité de l’impact des projets et de renforcer la confiance entre partenaires du projet. Enfin pour les publics, cela favorisera la conscientisation des changements opérés tant sur leur estime de soi que sur leur relation à l’autre.

Elisabeth Le Faucheur explore actuellement le champ de l’utilité sociale pour voir si des éléments de méthodes souvent utilisés dans l’ESS pourraient inspirées l’appréciation de l’utilité sociale dans le champ de la médiation numérique.

La démarche ne concerne pas uniquement les EPN mais l’ensemble des acteurs de la médiation numérique qu’ils se situent dans le secteur social (travailleurs sociaux, animateurs…), médical (infirmiers psy), culturel, socio-culturel…

L’utilité sociale est un mode d’analyse positif ; il prend en compte les enjeux humains, sociaux, environnementaux et démocratiques. C’est à la fois une fin et un moyen au service du projet.

L’idée est donc, après exploration du sujet, d’expérimenter sur Brest cette méthode sur un projet local (Appel à projets multimédia) et d’élaborer à partir de cette expérience et d’autres, des éléments de méthodes concernant les projets de médiation numérique.

Ce travail est engagé sur Brest et il est mis en discussion au sein de créatif pour imaginer ou non un travail collectif sur ce sujet.

En Région PACA, il existe des retours d’expériences de plusieurs projets (ERIC), concernant l’appropriation sociale des TIC. Des indicateurs ont été proposés en tant qu’éléments de bilan.
Michel Briand a écrit un texte sur l’innovation sociale, il se propose de l’envoyer aux membres du groupe de travail.

Nathalie Caclard évoque un audit effectué auprès de 1500 foyers. Elle est prête à en partager les résultats et la méthodologie employée.

Guy Pastre est également intéressé par cette thématique de travail.
Elisabeth Le Faucheur a ouvert un scoop-it sur cette question dont voici le lien :

http://www.scoop.it/t/utilite-sociale-de-la-mediation-numerique/

Un espace sera également créé sur Yammer (ouvert à tous) pour mettre en commun nos expériences, réflexions sur ce thème.

  • Intervention d’Amlie Thuret DUI

Amélie Thuret remplace Hedwige Cornet à la délégation des usages de l’Internet. Issue de Jeunesse et sports sur le programme pointCyb, elle était en charge notamment d’une expérimentation concernant une formation diplômante destinée à former les directeurs de structures en poussant vers le numérique. En effet, il avait été constaté la difficulté des animateurs multimédia de monter des projets car ils n’avaient pas de réelles demandes par un manque de connaissance et de sensibilisation des responsables de structures. Arrêt de la formation expérimentale après un an.

  • B2IAdulte

Un point est réalisé par Anne-Claire Dubreuil sur le partenariat entre l’université de Limoges et le Conseil Général du Lot pour évaluation des B2I par les EPN :

Les EPN sont considérés comme des centres évaluateur sous réserve d’une demande d’agrément auprès des DGESCO, des rectorats et du suivi d’une formation sur une journée. Une plateforme d’évaluation est en ligne. Attention les EPN sont bien considérés comme des évaluateurs et non des certificateurs. En effet, la certification est gérée par le rectorat qui a constitué un jury représentatif, chargé d’examiner le dossier de preuves du candidat.

Négocier pour le cas des universités - présentation par le ministère, de la nouvelle circulaire dans chaque académie. Des textes sont édités par académie (3 académie actuellement).

Des conventions sont en cours avec les autres ministères (justice et agriculture), en plus de l’Education Nationale.

Il est important de faire remonter à Amélie Thuret les traces de refus ou de blocages. Comme par exemple dans le Lot où 11 demandes d’agréments de centres ont été refusées par la DAFCO de Toulouse, sans réelles causes. L’Université de limoges, étant centre référent au niveau du rectorat, une convention a été signée entre le CG et l’Université pour pouvoir entrer dans le dispositif.

Point sur la tarification

Le jury de certification est rémunéré, pour en assurer le paiement, il est nécessaire de faire participer financièrement le public (coût situé entre 12 et 50 euros selon les sources). L’animateur quant à lui n’est pas rémunéré dans le cadre de sa prestation, de préparation et d’évaluation.

Actuellement, mis à part CoRAIA (RRA) et le CG du Lot il n’y a pas d’autres territoires opérationnels.

Arsenic (PACA) s’est penché sur la question des compétences numériques de base. Selon eux le B2IAdulte ne peut être intéressant que si les EPN peuvent être à la fois évaluateurs et certificateurs. Il est évoqué l’idée de continuer le travail d’ARSENIC par la création d’un groupe « compétences numériques », sur Yammer – Voir la posture de la Caisse des dépôts à ce sujet.

Amélie Thuret précise qu’en plus de l’éducation nationale il y a deux ministères intéressés par la démarche : l’agriculture et la justice. Ainsi, il semble qu’à terme, toute entrée en formation relevant du ministère de l’agriculture nécessiterait le B2IA en prérequis.

  • Emploi d’avenir

(100000 emplois au niveau national – 1000 par département) :
. PACA : Peur que les critères limitent le recrutement des jeunes en difficulté car trop contraignant. A-t-on- encore la marge de manœuvre pour assouplir ? Quel rôle pour CRéATIF ?

. Artési : Les profils de poste tel que définis ne seront pas utiles à chaque région, mais il ne faut pas que les Emplois d’Avenir soient limités en termes d’expérience pour la suite.

. DUI : Les profils de postes sont faits pour limiter les dérapages des employeurs.

. Arsenic insiste sur le fait qu’il est important que chacun ai conscience de la différence entre tutorat et accompagnement : le tutorat nécessite des compétences particulières (type insertion). Amélie précise que le public cible n’est pas forcément facile et que son accompagnement risque d’être relativement lourd, et qu’à ce jour cet accompagnement n’est pas financé.

. Selon Michel Briand, les Régions sont relativement frileuses pour recourir massivement aux contrats d’avenir. D’autre part, les associations auront de grandes difficultés à assumer les 20% restant et l’accompagnement, si aucun fonds n’est débloqué en parallèle.

Arsenic se charge de piloter le groupe sur Yammer : Ce groupe permettra de mutualiser les réflexions, d’y déposer les documents de la DUI et les profils de postes réalisés.

Yoann, propose d’ors et déjà la création d’un profil de poste type « veilleuse de quartier », en réponse à Amélie qui précise qu’il est encore possible de proposer des fiches métiers.

Pour ce qui est de la formation, le dispositif ne prévoit pas de financement particulier, mais les dispositifs de droits communs pourront être mobilisés.

Yoann : Attention aux blocages liés aux questions du modèle économique

Claude : Il faudra s’interroger sur la plus-value que les animateurs apportent à leur territoire et notamment le coût de l’activité comparé à d’autres services comme la piscine...

Selon Gilles, pour assurer la potentielle ré-employabilité des contrats d’avenir il est nécessaire d’étendre les actions au-delà des collectivités, mais bien les étendre aux artisans et TPE/PME. Il y a en effet encore un retard français sur ces question, insiste Claude.

Anne-Claire évoque le fait que le passeport de l’économie numérique marche plutôt bien dans le lot ;

Il serait intéressant de permettre une mise en avant des services auprès des professionnels, via la carto de la DUI. La charte NetPublic est d’ailleurs en cours de réécriture.

Selon Anne-Claire : un profil pourrait être écrit autours du recyclage et de l’entretien du matériel.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 16h30.

Annexe Le mot du Président, Michel Briand

Depuis les rencontres d’Autrans de janvier 2000, Créatif réunit animateurs et acteurs des dispositifs d’accès public à internet.
D’abord collectif né du besoin d’échange, Créatif est devenu association sans avoir les moyens d’assurer un fonctionnement autre que par l’implication de ses membres.

Et pour ce passage de relais je voudrais remercier toutes celles et ceux de Jean Claude Bournez, Franck Briand, Marie Lise Gautier-Simon, Stéphanie Lucien-Brun, Philippe Cazeneuve qui ont été si précieux pour faire vivre Créatif.

Au fil des années Créatif est devenu un interlocuteur de la Mission à l’accès Public à Internet puis de la Délégation aux usages de l’internet.

Dans des dizaines de rencontres, colloques nous avons les uns les autres expliquer l’importance de prendre en compte les personnes les plus éloignées, d’accompagner l’appropriation sociale du multimédia, le développement de services qui ne laissent personne de côté.
Chaque année à Autrans, aux Etes TIC ou au Forum des usages coopératifs, Créatif a été présent pour porter cette dimension de l’accompagnement des personnes et de l’appropriation sociale.

Créatif, est une association d’éducation populaire qui prend en compte ces questions du numérique trop souvent ignorées par les acteurs institutionnels de la politique de la ville, de l’action sociale ou de l’aménagement numérique des territoires.

Créatif porte en elle cette envie d’échanger, d’interpeller mais aussi ce plaisir de travailler ensemble dans une association en grande partie bâtie sur l’implication de ses membres.

A travers la collection des guides animée par Philippe Cazeneuve, Créatif a contribué à son premier objectif : la mise en commun des expériences. Cette publication réalisée avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignation nous a appris à coproduire des guides de qualité qui restent des références, tout comme le travail autour de DAJ animé par Marie Hélène Feron et qui a regroupé nombre d’acteurs de Créatif.

Tout au long de ces partenariats Créatif a su garder son indépendance en exprimant par exemple son regret de l’absence d’une politique publique nationale de l’accès public accompagné dévolue de fait aux collectivités territoriales qui ont bien voulu le prendre en charge, à travers la région , le département, la ville ou les communautés de communes selon les situations. Ces territoires et les politiques publiques locales sont l’ancrage de Créatif. Notre association est d’abord dans sa structure un réseau des acteurs de dispositifs d’accès public qui sont chacun à sa manière un élément fort de service public et d’équité sociale.

Créatif et l’accès public accompagné ne seraient rien sans ces milliers d’animateurs de l’accès public de la médiation sociale en France c’est à elles et eux que nous le devons. Et c’est eux que nous voulions outiller en rédigeant nos publications.

Créatif, est une association d’éducation populaire qui prend en compte ces questions du numérique trop souvent ignorées par les acteurs institutionnels de la politique de la ville, de l’action sociale ou de l’aménagement numérique des territoires.

Presque partout ces dispositifs perdurent avec leur singularité. Au fil de la diffusion du numérique dans la société les espaces publics numériques et leurs variantes sont passés progressivement de l’accès public accompagné, à la médiation numérique et au développement local. Nous les retrouvons aussi fréquemment aujourd’hui dans les mouvements émergeant des fablabs, espaces de co-working, tiers lieux et de l’innovation sociale en réseau.

Contrairement aux discours simplistes qui confondent taux d’équipement et réalité des inégalités sociales nous constatons au quotidien dans chacun de nos territoires la nécessité de l’accompagnement des usages. Les lieux d’accès publics sont très fréquentés et les formes d’accompagnement se sont largement diversifiés dans une société où ne pas savoir consulter une offre d’emploi sur internet envoyer par mél un CV, rechercher de l’information est devenu un handicap.

Chaque année nous devons faire le bilan de nos actions, en montrer l’utilité sociale. Dans une France habituée aux « grands travaux » il est plus facile de mobiliser des millions d’euros d’infrastructures que d’animer un territoire.

Et l’an dernier quand la collectivité territoriale de Corse nos a proposé d’organiser les premières assises de la médiation numérique, un groupe s’est immédiatement mis au travail. C’est aussi là l’un des trais de Créatif sa capacité à agréger au-delà de la seule association autour de projets tels les guides ou ces assises.

Je tiens à remercier toutes ces personnes, qui ont fait le succès de cette rencontre qui a marqué un tournant dans la compréhension de l’accès public en France. En expliquant et portant ce thème des médiations numériques nous avons rendu compte d’un double mouvement perçu dans nos territoires.

L’accès public accompagné, la médiation aux outils du numérique est aussi devenu une mission de nombre d’acteurs de l’éducation populaires, des équipements sociaux, des associations d’insertion, des maisons de retraite, des acteurs du livre, de la réutilisation d’ordinateurs, des démarches participatives, ou des cultures numériques.

Et le métier même de l’animateur multimédia a profondément évolué : il anime un magazine, coopère et monte des projets avec les acteurs associatifs et éducatifs, promeut des innovations sociales, forme aux compétences numériques, favorise le travail en réseau des services publics.

En à peine un an ce terme de médiations numériques a été largement repris dans les rencontres, dispositifs et par les collectivités. Et le guide qui vient de sortir ouvre bien ce chantier d’une réflexion sur les enjeux et missions de nos dispositifs de médiation numérique.

Ces questions sont celles qui interpellent aujourd’hui Créatif.

Comment articuler les réseaux des espaces public numériques et tous ces acteurs qui sans être animateur multimédia partagent nos préoccupations et font avancer l’appropriation sociale du multimédia ?

Comment rendre compte, valoriser, outiller, renforcer de travail d’animation des territoires portés par nombre d’animateurs de l’accès public ?

Comment croiser nos réseaux et ceux des fablabs, bibliothèques, et autres acteurs de l’innovation sociale ouverte ?

Comment nouer des partenariats avec les autres mouvements qui font vivre le lien social et qui sont partis encore éloignés des outils et usages du numérique ?

Comment réduire les disparités territoriales lorsqu’il n’y a pas de moyens mis en œuvre pour une politique publique nationale, en laissant l’initiative aux collectivités qui ont pris conscience de l’utilité de la médiation numérique ?

De belles questions et bien d’autres encore propres à faire évoluer le projet associatif de Créatif.

Pour ma part en quittant cette présidence je voudrais dire ma joie de vous y avoir connu et mon envie de continuer à contribuer au débat propositions, projets pour faire du multimédia et d’internet un facteur de lien, d’innovation sociale et d’élargissement des biens communs qui rapproche.

Et pour conclure je voudrais remercier Yannick Landais, toujours présent et disponible, Marie-Hélène Féron qui a permis aux projets de ces dernières années de bien se dérouler et a assuré notre secrétariat, Anne Claire Dubreuil qui nous a beaucoup apportés sur les compétences, la mise en réseau des services publics et son sourire. Merci aussi à Élisabeth Le Faucheur qui porte à Brest et dans l’association tout ce volet de l’accès public au sein des quartiers.

Merci enfin à Jérôme Lamache pour sa présence tout au long de cette année, son envie de contribuer à un nouvel élan de l’association et merci à Garlann Nizon, Stéphane Delahaye, Frédéric Dumortier et tous ceux qui s’apprêtent à prendre le relais pour s’impliquer dans la vie de l’association.

Michel Briand

Posté le 25 janvier 2013
Posté le 25 janvier 2013
Consulter cet article seul

Compte-rendu du CA de CRéATIF du 21 novembre 2011

Le 21 novembre 2011, au CISP (Paris 12ème), les membres du Conseil d’Administration de CRéATIF se sont réunis pour l’Assemblée Générale et les chantiers à venir, suite aux Assises de la Médiation Numérique d’Ajaccio de Septembre 2011.

Parmi les points abordés :

* Le projet DUO 2.0 – ADN
* Droit et EPN, le jeu !
* Les rencontres organisées
* Rapport financier et rapport d’activités
* Echanges
* Les axes de travail à venir
* Désignation des membres du bureau et du Conseil d’Administration

Un grand merci aux participants !

Le détail de ces points dans le document ci-dessous.

Posté le 23 décembre 2011

Posté le 23 décembre 2011
Consulter cet article seul

Créatif devient membre du réseau « Telecentre Europe »

Née d’un réseau informel, l’association « Telecentre Europe » (AISBL de droit belge) a une existence légale depuis le 14 octobre 2010. Créatif soutient le développement de cette association européenne, en devenant membre actif.

Telecentre Europe est née de rencontres répétées entre acteurs européens de l’accès pour tous au numérique, plus particulièrement de têtes de réseaux d’EPN (Telecentres) européennes.
Ce réseau est en lien très proche avec les animateurs du réseau http://www.telecentre.org, réseau mondial de telecentres, soutenu initialement par les coopérations canadienne et suisse et Microsoft.
Le réseau européen se construit comme « organisation parapluie » pour faire entendre la voix des réseaux de telecentres en Europe.

Seul réseau européen du genre, l’association s’est doté de missions proches de celles que peuvent avoir les réseaux sur les territoires nationaux :
- favoriser les échanges de bonnes pratiques
- assurer un plaidoyer (« advocacy ») sur l’importance de la prise en compte des publics éloignées du numérique et sur le rôle des structures de proximité
- contribuer au renforcement des capacités (« capacity building ») des projets existants.

Ce réseau propose à ses membres :
- un réseau social,
- des rencontres évènements,
- la facilitation de voyages d’études,
- la mise en lien dans le cadre de projets européens,
- une représentation dans les instance européennes autour des thématiques liées à l’e-inclusion.

Créatif a décidé de s’associer au développement de ce réseau, en devenant membre "actif" (certains membres étant "associés"). Cette adhésion correspond à la volonté de s’investir dans les échanges européens et de faciliter, pour les membres du réseau Créatif, l’ouverture à ce qui se passe autour de l’accès pour tous au numérique à l’échelle européenne.

La rencontre annuelle du réseau a eu lieu cette année à Budapest les 13 et 14 octobre.
Un résumé en anglais fait le point sur la rencontre et des éléments de contenus ont été mis en ligne. :
- les présentations faites par les participants lors des plénières ou ateliers
- des vidéos de certaines interventions à distance, dont le message d’accueil de Nelly Kroes, commissaire européenne au numérique
- des photos

Lors de cette rencontre, Créatif a été sollicitée pour témoigner de son usages du web social dans la vie du réseau. Une courte présentation a été faite, elle est en ligne.

En terme de préoccupations, quels que soient les pays concernés, des convergences apparaissent dans les problématiques auxquelles sont confrontés les telecentres :
- trouver un modèle économique pérenne
- former les animateurs/médiateurs face à la multiplication et/ou la spécialisation de leurs missions
- « faire la preuve » de l’importance de ces relais de proximité auprès des collectivités et autres partenaires
- faciliter le développement des usages du numériques par les personnes non connectées ou faiblement utilisatrices.

Pour ceux qui souhaitent se tenir informés de la vie de ce réseau européen, plusieurs solutions :
- s’inscrire à la lettre d’information mensuelle (newsletter)
- suivre le compte Twitter de @telecentres, compte du réseau
- s’inscrire sur la plate-forme Ning du réseau.

Posté le 7 novembre 2010
Posté le 7 novembre 2010
Consulter cet article seul

Rencontre du réseau Telecentre Europe - Budapest 13 et 14 octobre 2010

Dans la suite de la rencontre d’Istanbul en octobre 2009, la deuxième rencontre du réseau europén d’EPN "Telecentre Europe" se tient à Istanbul du 13 au 14 octobre. Créatif y est présent.

Cette rencontre est l’occasion de faire le point sur les avancées réalisées depuis 2009, de donner une organisation formelle au réseau, de renforcer la visibilité du réseau auprès des institutions européennes et d’activer les échanges entre les différents réseaux européens.

Créatif a confirmé sa volonté de devenir membre de la nouvelle organisation qui portera l’animation du réseau, une association de droit belge, basée à Bruxelles.

Dans le cadre de ce sommet, Créatif présentera dans un des ateliers la façon dont le web social a été investi pour mener à bien les projets au sein du réseau, ainsi que les projets dévelopés par l’association et certains EPN pour travailler sur le développement des compétences liées à l’usage des outils "Web 2.0".
Cette présentation, courte, est en ligne.

Le site du réseau Telecentre Europe :http://www.telecentre-europe.org/
Le Hashtag de la rencontre pour retrouver le fil des messages : #TES10

Posté le 13 octobre 2010

Posté le 13 octobre 2010
Consulter cet article seul

Les biens communs numériques : rencontre du réseau des EPN du Lyonnais le 4 février 2010

Rencontres et événements
Le 4 février 2010, une vingtaine de personnes du réseau des EPN du Lyonnais se sont retrouvées pour échanger autour des Biens Communs numériques.

Les éléments de compte-rendu de la rencontre "Les biens communs numériques" sont en ligne sur le site des EPN du Lyonnais.

Cette rencontre annonçait l’activité très centrée sur la culture libre des semaines qui s’annoncent :

- le 26, 27 et 28 février se tient Primevère, salon de l’écologie et des alternatives, sur lequel sera présent un espace numérique Libre.
Cet espace, coordonné parl’ALDIL, permet de rassembler les acteurs de la culture numérique libre, y compris les réseaux d’EPN.
Sont également proposées une série de conférences accessibles à tous.

- Libre en Fête se prépare activement dans le Rhône, un site dédié, relié au site national a été lancé par les étudiants de la licence Colibre.

Le compte-rendu de la matinée
Celle-ci a été consacrée à un point d’actualité puis à des échanges autour des notions de Biens Communs, Biens Communs numériques.

Un retour sur les échanges de l’après-midi
L’objectif était de produire un argumentaire permettant de se sentir plus à l’aise pour parler du libre.

Cette journée, conçu comme une exploration collective a permis de recenser des "ressources clés" pour aborder la question des Biens Communs numériques. Vous les retrouverez en ligne associées au compte-rendu.

Merci à Frédéric, Aïssa et Christine pour la préparation, à l’équipe de la Maison des Rancy pour l’accueil et à Jean-Yves Royer pour les compte-rendus !

Posté le 28 février 2010
Posté le 28 février 2010
Consulter cet article seul