Thèmes

Formation

Article sur le Timp@ss

Le contexte et les débuts du Timp@ss :

La politique du Nord-Pas de Calais pour la formation permanente a défini comme priorité l’intervention en direction des publics les plus en difficultés ou les plus éloignés de la formation professionnelle.
Découlant de ces orientations, le Timp@ss vise à initier un public le plus large possible.

Après une expérimentation d’un an, en 2005, il a été généralisé. Le Timp@ss visait à initier le public aux notions de base des usages du multimédia et d’Internet. Généralisé en 2005, le Timp@ss était composé, à ses débuts, de 7 modules de 2 heures et d’un test de positionnement. Le financement était sous forme de subvention de 112€ réparti entre les acteurs en fonction du travail fourni (ingénierie pédagogique, administration financière par les organismes de formation et tutorat réalisé par les animateurs des lieux d’accueil).
Un nouveau fonctionnement a été mis en place en 2009.

Les objectifs de ce dispositif :

Le Timp@ss a été mis en œuvre, dans le but de lutter contre la fracture numérique, de favoriser l’égalité des chances et pour compléter l’offre de formation existante dans le domaine des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication).

Il s’agit de faire découvrir progressivement les outils numériques de base (bureautique, périphériques, multimédia, internet...) afin de fournir à tous un savoir-faire minimal dans le domaine des technologies de l’information et de la communication.

L’ambition du dispositif Timp@ss est de sensibiliser un public, le plus large possible, aux TIC et d’amener l’ensemble de la population de la région, progressivement, à maitriser les bases des outils numériques.
Un autre objectif est de créer de nouvelles habitudes de travail au sein des territoires, développer des partenariats entre les prestataires de formation et leur environnement local. Le Timp@ss a une vocation territoriale de proximité, ainsi une des clés de réussite du dispositif est le maillage dense de la région.

Comment fonctionne le Timp@ss

Le Timp@ss est destiné au grand public, sans critère d’âge ou de statut professionnel. Seuls sont exclus du dispositif les élèves ou étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement initial.
La personne bénéficiaire peut aller chercher son chéquier gratuit soit auprès des organismes de formation gestionnaires soit dans les cyber-centres labellisés.

Une personne peut effectuer au maximum 12 séquences (modules) d’environ 2 heures, soit 24 heures de cours financé. Le chéquier dont elle dispose compte 14 chèques : 2 chèques de positionnement et 12 chèques (un par module).

Que contiennent les modules du Timp@ss ?

Les connaissances utiles à acquérir sont réparties en 7 séquences « Multimédia » :
-  Maîtrise des premières bases de l’informatique.
-  Repérage dans la société de l’information (billetteries, cartes bancaires…).
-  Adoption d’une attitude citoyenne face aux nouvelles technologies.
-  Création d’un document numérique.
-  Repérage, placement, organisation de documents.
-  Communication au moyen de l’informatique.
-  Recherches et documentation au moyen d’un cdrom, d’Internet.
Et 5 séquences « Bureautique » :
-  Mise en forme et présentation de documents
-  Utilisation de formulaires et tableaux
-  Navigation sur Internet
-  Initiation à la messagerie
-  Initiation au travail collaboratif

A la fin de la formation, après évaluation, l’organisme de formation délivre une attestation de la Région, validant et valorisant l’initiation.

Les partenaires de la mise en place du Timp@ss

Les acteurs du projet

- La Région par le biais :
- la Direction de la Formation Permanente (DFP) pilote le projet et finance l’ingénierie de formation, la formation et l’accompagnement de personnes. Elle labellise les lieux d’accueil partenaires.
- La Direction de la Recherche, Enseignement supérieur, Santé, et Technologies de l’Information et de la Communication (DRESTIC) à travers le suivi de la participation des cyber-centres volontaires pour y participer. Elle accompagne également le développement des usages et des services et contribue à la mise en réseau.
- La Direction de la Communication (DCM) s’est associé au projet pour la campagne de communication (logo, fléchage des lieux, informations, campagne de presse…)
- La Direction des Systèmes d’Information (DSI) a pour mission la conception, la mise en œuvre et le suivi des différents systèmes d’information et la gestion de l’ensemble des systèmes et des architectures informatiques et de télécommunication.

- Les organismes de formation :
- Les organismes de formation ayant été lauréats dans le cadre du marché public sont les interlocuteurs de la Région et constituent la colonne vertébrale du dispositif. Leurs missions sont le montage du dispositif, l’organisation pédagogique, l’administration, la gestion et la coordination.

- Les autres partenaires :
- Les lieux d’accueil labellisés (cyber-centres, médiathèques, PIJ, CCAS, ...) sont rattachés à un organisme de formation et assurent un accueil et un accompagnement de proximité auprès des publics souhaitant bénéficier de l’offre Timp@ss. Ils ont également pour mission, la communication sur le dispositif auprès des publics.
Le Timp@ss leur permet de légitimer leur financement auprès des financeurs.
- Des institutions partenaires s’associent au dispositif afin de toucher un public spécifique. Elles peuvent apporter une aide financière complémentaire aux fonds de la Région et surtout jouer le rôle de prescripteur auprès de leurs ayants droit (seniors dans le cadre d’un partenariat avec la CRAM Nord Picardie, agriculteurs dans le cadre d’un « Timp@ss Vert » mis en place par l’AFP2i sur l’Artois-Ternois, personnes illettrées accueillies par le réseau Lire,…)

Le rôle des animateurs d’EPN

L’accompagnement est assuré par des animateurs multimédia qui jouent le rôle de tuteurs.

Ces tuteurs suivent une formation obligatoire de 2 jours.
Les cyber-centre représentent une trentaine de lieux sur les 280 points d’accès Timp@ss.

Une plateforme extranet permet le suivi des bénéficiaires.

Comment est financé le Timp@ss ?

La Région, réalise un appel d’offre ainsi qu’un marché public d’environ un million d’euros tous les trois ans pour sélectionner les organismes de formations qui assureront la gestion du Timp@ss. 15 lots ont été mis dans l’appel d’offre (un par territoire), actuellement cela représente 37 organismes gestionnaires. Ils sont dotés d’un montant variable en fonction des demandes estimées. Le prix moyen est d’environ 15€ par module (pris observé en fonction du nombre de module effectué et du montant de la dotation). La rémunération des lieux d’accueil dépend de la convention signée entre l’organisme de formation gestionnaire et le lieu d’accueil.

Un point sur le Timp@ss : quelques chiffres

Depuis novembre 2003, plus de 60.000 personnes ont bénéficié du Timp@ss pour s’initier ou se former aux divers outils informatique.
Entre 2005 et 2008, la moyenne était d’environ 11.000 bénéficiaires par an. Depuis 2009, date de la mise en place de la nouvelle formule, environ 6900 personnes sont bénéficiaires par an. Cette baisse de bénéficiaires est la conséquence du nombre d’heures dispensé.

Les points forts de ce dispositif :

- Forte visibilité auprès du grand public de l’action de la Région en matière de formation permanente.
- Gratuité, proximité, accompagnement individualisé.
- Le dispositif Timp@ss génère des opportunités de partenariats entre divers organismes.
- Le dispositif est reproductible dans une autre Région française, le cadre légal et les réseaux d’acteurs étant semblables. Un portage politique fort s’avère cependant indispensable, du fait de l’originalité du mode de financement et de l’organisation pédagogique, qui bousculent les habitudes et les intérêts des opérateurs de formation.

Posté le 27 juillet 2011 par Véronique MOCHE
Posté le 27 juillet 2011 par Véronique MOCHE
Consulter cet article seul

Projet européen VET4e-I, Solution de formation des animateurs multimédia pour l’inclusion sociale

L’actualité du projet après la phase d’expérimentation d’une formation pilote en e-learning
Le projet VET4e-I rassemble 8 organisations issues de cinq pays européens (France, Italie, Espagne, Bulgarie et Allemagne) et travaille durant deux années (novembre 2009 - décembre 2011) sur la reconnaissance de la compétence de l’animateur multimédia visant l’inclusion sociale des personnes. L’équipe européenne, après avoir mené un large travail de recherche sur le profil professionnel de l’animateur/trice multimédia au niveau européen, a élaboré un cursus de formation à distance qui a été expérimenté en février et mars derniers auprès de plus de 300 participants européens.

Le projet en bref :
VET4e-I est un projet européen qui signifie "Vocational Education and Training solutions for e-facilitator for social Inclusion" ; Solution de formation pour les animateurs multimédia pour l’Inclusion sociale. Le projet vise à la reconnaissance de la compétence de l’animateur/trice multimédia de promotion de l’inclusion sociale auprès des publics en difficulté par le biais d’un accompagnement dans leur usage des TIC.
Les organismes membres du projet regroupent à la fois des réseaux de centres multimédia (ICTD Bulgaria, Fundacio Esplai), des ONG (Ligue de l’enseignement, ARCI), des centres de formation professionnelle (Infrep) et des centres de recherche (D-O-T, Sfs Dortmund et L’APIS).
Le projet qui s’inscrit dans le programme "Leonardo Da Vinci - Développement d’Innovation" dure deux années et est cofinancé par la Commission européenne.

Les travaux réalisés :
Les travaux menés depuis 1 an et demi ont consisté à mener une vaste recherche sur le profil professionnel de l’animateur/trice multimédia dans chacun des pays participant, donnant à l’équipe du projet les bases pour la structuration du profil professionnel au niveau européen, ainsi que l’élaboration d’un cursus de formation répondant aux besoins identifiés par la recherche (enquêtes et interview de 250 animateurs multimédia en Europe).
Les résultats de cette étude sont disponibles en anglais sur le site du projet VET4e-I.

Les résultats de cette recherche ont permis de créer une formation en ligne adaptée aux besoins des animateurs/trices multimédia. Construite sur la plateforme Moodle, le cursus est composé 15 modules. Voir la liste des modules dans le journal du projet "Focus-On" (télécharger la version française). Chaque pays participant a sélectionné les modules à tester. En France, les modules "mise en place d’un atelier de photographie numérique dans le centre multimédia" et "faciliter la recherche d’emploi sur Internet dans le centre multimédia" ont été retenus pour la phase d’expérimentation de la formation pilote.

La formation pilote à distance :
La formation pilote a été testée du 21 février au 20 mars derniers par plus de 300 participants venus de quatre pays d’Europe (Italie, France, Espagne et Bulgarie). Les participants, des animateurs/trices multimédia ainsi que des formateurs/trices spécialisés dans l’acquisition de compétences numériques auprès de publics en difficulté, ont suivi un des modules proposés par leur pays pendant quatre semaines de cours sur Moodle.
Chaque module était animé par un tuteur qui se chargeait d’animer les forums, de stimuler la réflexion autour des sujets abordés, et de répondre aux questions des participants.
L’expérience s’est avérée positive, avec un taux de satisfaction élevé et un intérêt réel des participants pour assister à une autre formation en ligne.

L’équipe du projet aborde actuellement une nouvelle phase de travail ; l’amélioration des modules, basée sur les évaluations des participants et des tuteurs, ainsi que l’intensification du travail de lobbying auprès des organismes compétents en matière de reconnaissance du profil de l’animateur et ses compétences en matière d’inclusion sociale.

Site Internet du projet : http://www.efacilitator.eu/wordpress/

Posté le 24 mai 2011 par nmoquet
Posté le 24 mai 2011 par nmoquet
Consulter cet article seul

8 animateurs lotois co-construisent des modules d’auto-formation autour du web 2.0

8 animateurs ont travaillé pendant 1 an avec Frederic Soussin et Sylvie Roth pour développer une offre originale d’auto-formation. Ils ont co construit des scénarios pour mobiliser de nouveaux publics dans leurs EPM autour des outils du web 2.0. Partagez leur expérience et diffusez largement ces outils !

Le Conseil général du Lot soutient depuis de nombreuses années la professionnalisation des animateurs multimédia. Fort d’un réseau de 110 espaces animés par plus de 150 bénévoles et professionnels, le Conseil général travaille en partenariat depuis 2006 avec ARDESI et le CNFPT pour développer une offre adaptée de formation http://epm.lot.fr/spip.php?rubrique82.

En complémentarité de ces parcours dédiés, en présentiel , le Conseil général soucieux de mieux répondre aux contraintes des animateurs (manque de disponibilité, éloignement...) et souhaitant les aider à apporter un service adapté à l’évolution du web , plus interactif, plus participatif, a soutenu en 2009 une action originale de formation.

Ainsi, 8 animateurs volontaires ont co-construit avec les consultants Frédéric Soussin et Sylvie Roth des scénarios d’usage destinés aux publics qu’ils souhaitent mobiliser en priorité dans leurs EPM. Centrés sur des publics cibles (artisans d’art, scolaires, associations, porteurs d’activités, élus, touristes...) ces scénarios très pratiques visent à élargir les publics accueillis et à apporter un soutien aux animateurs qui souhaiteraient monter des projets sur leur territoire.

Cette action a permis aux animateurs de monter en compétences sur les outils qui ont servi de support aux échanges à distance avec les consultants (Google doc, Mindmeister, Skype...) mais aussi sur toutes les nouvelles briques du Web2 participatif (Affinitiz, Jimdo, Picasa...).

Ces 10 modules s’inscrivent en complémentarité de DUO 2.0 http://adnduo.jimdo.com/.. L’ensemble est en accès libre et gratuit. Le scénario est présenté avec les outils préconisés et assorti de conseils de la part des animateurs qui souhaitent partager leur retour d’expérience.

Proposés sous forme de widgets embarquables, les modules peuvent être intégrés sur différents sites.
Le programme a été entièrement pris en charge par le Conseil général du Lot.
Partez à la découverte de ces parcours co-construits par des animateurs sur adnduolot.jimdo.com et diffusez les !

Posté le 9 février 2011 par Anne-Claire DUBREUIL
Posté le 9 février 2011 par Anne-Claire DUBREUIL
Consulter cet article seul

Formation Animacoop : animer un projet coopératif

Vous êtes animateur de réseaux, coordinateur de projet coopératif...
Vous souhaitez améliorer vos techniques de coopération et votre pratique des outils coopératifs, notamment sur Internet ?
Vous avez un projet territorial ou thématique, un projet associatif, un projet issu de l’économie sociale et solidaire, un projet de réseau ou un réseau à dynamiser... l’envie de le mener à plusieurs ?

Cette formation est faite pour vous !

L’objectif
Maîtriser les tâches nécessaires à l’animation d’un projet coopératif : réfléchir ensemble, animer une liste de discussion, animer une réunion (en présence, à distance), développer de la coopération au sein de groupes, mener une veille coopérative, identifier les partenaires et leurs liens, écrire et diffuser sur internet...
Et surtout, créer de la coopération entre les participants !

Les intervenants
Des animateurs et professionnels œuvrant dans le champ de la coopération. Ils mettent en commun leur compétences en la matière.

  • L’association "Outils-Réseaux" accompagne les pratiques coopératives, en s’appuyant notamment sur des outils Internet. Elle organise ainsi des formations qui ont la particularité d’associer technique informatique et technique d’animation.
  • Elzbieta Sanojca de l’association Bipedd, spécialiste de la pédagogie de projet, animatrice de plateforme coopérative et formatrice.
  • Jean-Michel Cornu, directeur scientifique de la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération) et animateur du groupe "Intelligence collective", auteur de "La coopération : nouvelles approches".

Le contenu
100h de formation, sur 15 semaines

  • Regroupements tout au long de la formation
  • Apports techniques et théoriques
  • Ateliers pratiques
  • Groupes de co-développement (analyse et apport de pratique)
  • Accès au Gratos du mois

Formation à distance : 6 h/semaine de mars à juin soit 78 h, accompagnées par des tuteurs

Programme :

* Module 01 : Faire connaissance
* Module 02 : Démarrer un réseau coopératif
* Module 03 : Une coopération à 12 facettes
* Module 04 : Rendre le groupe visible au groupe
* Module 05 : Quels outils pour quoi faire ?
* Module 06 : Les licences libres et la propriété intellectuelle
* Module 07 : L’organisation d’événements participatifs : colloque 2.0
* Module 08 : Organiser des réunions en démocratie participative
* Module 09 : Animer un projet TIC de territoire
* Module 10 : Générer de la participation aux outils collaboratifs : freins et facilitateurs
* Module 11 : Écrit journalistique pour le Web
* Module 12 : Diffusion d’informations
* Module 13 : Consolider un réseau

Coût :
Prise en charge OPCA : 1570,00€
Prise en charge individuelle : nous contacter

Informations :
Mail : accueil@outils-reseaux.org
Téléphone : 09 74 53 12 21
www.animacoop.net

Cette formation a été mise en place grâce à la Délégation aux Usages d’Internet, le Conseil Général de l’Hérault.

Posté le 31 janvier 2011 par Outils-Réseaux
Posté le 31 janvier 2011 par Outils-Réseaux
Consulter cet article seul

Le B2i Adultes sort enfin de la clandestinité !

Article de Philippe Cazeneuve repris du blog Savoir en actes (Creative Commons BY-NC-SA)

Après une très longue attente, les participants à l’expérimentation du B2i Adultes seront soulagés de voir enfin la parution au BOEN du 27 mai 2010 de la circulaire n° 2010-065 du 12-5-2010 organisant la généralisation du Brevet informatique et internet adultes.

Cet article fait le point sur ce qui a été amélioré dans le référentiel de compétences final, par rapport à celui utilisé au cours de la phase d’expérimentation, présente les modalités de validation retenues, et s’interroge sur l’opportunité pour les Espaces publics numériques de proposer la certification B2i Adultes aux publics accueillis.

En conclusion, il ressort que c’est par la mise en place de partenariats entre organismes de formation et Espaces publics numériques, que le B2i Adultes pourra trouver sa place comme outil de référence au service des politiques d’inclusion numérique.

Le référentiel de compétences

Le référentiel de compétences du B2i Adultes est organisé en cinq domaines :

  • 1. Environnement informatique : maîtriser les concepts et fonctions de base d’un poste informatique, l’utiliser dans un contexte de réseau.
  • 2. Attitude citoyenne : Adopter une attitude citoyenne dans la société de l’information
  • 3. Traitement et production : réaliser un document numérique
  • 4. Recherche de l’information : construire une démarche de recherche et évaluer l’information
  • 5. Communication : communiquer, échanger, collaborer en réseau

Pour chaque domaine, 3 à 4 compétences attendues sont définies et décrites par des connaissances, capacités et attitudes à évaluer.

Le référentiel final est assez peu différent du référentiel initialement proposé pour l’expérimentation, ce qui interroge sur les moyens mis en oeuvre pour prendre en compte réellement les remarques et propositions des expérimentateurs … Beaucoup de ces améliorations auraient pu être faites après simple relecture de la grille initiale par des formateurs-trices expérimentées.

Ce qui a été amélioré :

- Certaines formulations imprécises, correspondant à des aptitudes non évaluables ou trop scolaires ont été supprimées (ex : Enumérer les différents modes de communication …).
- Les objectifs ont été recentré sur des compétences observables dans les usages pratiques, plutôt que sur des connaissances factuelles (ex : « Respecter les droits d’auteurs dans l’utilisation des ressources multimédia » au lieu de « Enumérer les textes fondamentaux ... » et « Lister à quel niveau intervient le droit d’auteur »).
- Quelques éléments de contenus trop pointus ont été supprimés à juste titre (ex : installation de plug-in, sauvegardes et mises à jour, agenda collaboratif, ...) .
- Quelques notions pertinentes qui faisaient défaut ont été ajoutées dans les contenus à aborder (ex : notion de système d’exploitation et de logiciel d’application, distinction entre client de messagerie et client webmail, hameçonnage/phishing, sécurisation des mots de passe)
- Le nouveau référentiel introduit plus de souplesse dans la validation de la compétence à réaliser un document numérique. La formulation de la compétence à valider « Produire différents contenus d’une part dans la bureautique, d’autre part dans le multimédia » laisse une large marge de manoeuvre aux formateurs-trices par rapport à la formulation précédente, plus précise mais trop restrictive « Préparer au minimum 3 types de contenus différents (texte, image, vidéo, son, feuille de calcul, graphique) en vue de leur intégration dans un document numérique).

Les modalités de validation des compétences

La délivrance du brevet suppose qu’environ 70 % des compétences de chacun des domaines du référentiel soient validées (soit 2 compétences sur 3, ou 3 compétences sur 4 par domaine).

Les compétences doivent être validées par un centre agréé, en fonction d’acquis formels et informels développés tout au long de la vie. L’évaluation pourra se faire :

- sur présentation d’éléments probants ;
- au cours ou à l’issue d’une formation générale et/ou professionnelle ;
- au cours ou à l’issue d’une formation spécifique à l’usage des TIC ;
- en situation de travail.

Pour obtenir le B2i Adultes, chaque candidat doit constituer avec un centre agréé un « dossier de preuves » compilant les éléments faisant la preuve des compétences acquises. Les modalités préconisées : mise en situation, recueil écrit ou oral, questionnaire écrit ou oral, analyse d’un travail fini. Ce dossier sera examiné et validé par un jury, dans lequel sera obligatoirement présent un représentant de l’Éducation nationale nommé par le rectorat (DAFCO).

Qui peut être agréé pour délivrer le B2i Adultes ?

Tout organisme public ou privé intervenant dans le champ de la formation ou de l’initiation aux technologies de l’information et de la communication aura la possibilité de délivrer, sous l’autorité du recteur, ce brevet après avoir été agréé.

Le B2i Adultes a-t-il une place dans les Espaces publics numériques ?

La Délégation aux Usages de l’Internet semble plutôt en retrait par rapport à la possibilité de délivrance du B2i Adultes dans les EPN et préfère plutôt mettre en avant le Passeport Internet et Multimédia.

De fait, on peut déplorer le manque d’articulation et de passerelles entre le Passeport Internet et Multimédia (PIM) et le B2i Adultes, tant dans les contenus que dans les possibilités de validation d’acquis du PIM pour l’obtention du B2i Adultes.

L’expérimentation du B2i Adultes en région Rhône-Alpes portée par la communauté de pratique Formavia a fait ressortir que le contenu du B2i Adultes était une « cotte mal taillée » par rapport aux besoins. Son référentiel est trop ambitieux comme première marche pour les publics les plus éloignés et pas assez développé sur la bureautique ou la messagerie pour les usages professionnels qui intéressent les demandeurs d’emploi par exemple.

D’autre part, il a été souligné l’important travail d’ingénierie pédagogique à mener pour s’inscrire dans ce dispositif, car il y a beaucoup de choses à construire pour l’animateur-trice d’EPN en terme d’outils d’évaluation.

Dans le cadre du projet Ticket Déclic porté par le Conseil Général du Lot, quelques Espaces publics multimédia volontaires travaillent avec la coordination et l’appui d’organismes de formation (Aformac Midi-Pyrénées, Greta du Rouergue) pour proposer des ateliers d’initiation permettant de valider une partie des compétences-clés du référentiel B2i Adultes, avec l’objectif d’initier un portefeuille de compétences au sein de l’EPN, qui pourra être compléter et approfondi pour les personnes qui le désirent, dans le cadre d’un parcours de formation complémentaire proposé par ces organismes pour la délivrance du B2i Adultes. (Le Ticket déclic sur le site des EPM lotois : http://epm.lot.fr/spip.php?rubrique11)

C’est donc par la mise en place de partenariats, par la coopération et la complémentarité sur un territoire entre organismes de formation et Espaces publics numériques, que le B2i Adultes pourra trouver sa place comme outil de référence au service des politiques d’inclusion numérique.
Les textes de référence

Consulter le texte intégral de la circulaire n° 2010-065 du 12-5-2010 (NOR > MENE1011027C) organisant la généralisation du Brevet informatique et internet adultes

Télécharger le dossier d’agrément

Télécharger le document d’accompagnement

Posté le 11 juin 2010 par Philippe Cazeneuve
Posté le 11 juin 2010 par Philippe Cazeneuve
Consulter cet article seul